01/03/2015

Utérus en folie…

Les grandes hystériques .jpg

 

Pour l’aider à rédiger le deuxième numéro – Les grandes hystériques – de la revue « Folle Histoire » qu’il dirige et qui est publiée par les Éditions Prisma à Gennevilliers, l’historien Bruno Fuligni a réuni une belle brochette de spécialistes pour croquer en quatre chapitres [1] le portrait de personnes aussi diverses que Vasthi (Ve siècle avant J.-C.), Zénobie (IIe siècle avant J.-C.), Boadicée (l’épouse de Vercingétorix, vers 25-61), l’impératrice Théodora (VIe siècle de notre ère), Sœur Jeanne des Anges (1602-1665), Lady Stanhope (1776-1839), Adèle Hugo (1830-1915), Bernadette Soubirous (1844-1879), Lou Andreas-Salomé (1861-1937), Camille Claudel (1864-1943), Ma Baker (1871-1935), Marie Bonaparte (1882-1962), Gala (1894-1982), Joan Crawford (1905-1977), Violette Leduc (1907-1972), Bonnie Parker (1910-1934), Vivien Leigh (1913-1967), Eva Perón (1919-1952), Janis Joplin (1943-1970), Karen Greenlee (dite « la nécrophile de Sacramento », 1958-1989) et bien d’autres encore…

 

« Femmes politiques et grandes criminelles, religieuses exaltées et créatrices d'avant-garde, les grandes figures féminines de l'Histoire oscillent perpétuellement entre génie et folie, écrit Bruno Fuligni. Le professeur Charcot, en théorisant l'hystérie [2], avait cru trouver la réponse, mais toute femme un tant soit peu rebelle devenait une hystérique en puissance dans son système... »

 

La présente livraison se penche sur leur cas et leur rend justice avec autant d’allant que d’humour souvent décalé…

 

Avant de s’attaquer, dans le numéro 3 – Les bourdes militaires –, à une catégorie fracassante de grands hystériques masculins.

 

On en rit déjà !

 

Bernard DELCORD

 

Les grandes hystériques in « Folle Histoire », revue historique sous la direction de Bruno Fuligni,Gennevilliers, Éditions Prisma, n°2, janvier 2015,208 pp. en noir et blanc au format 15,2 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 17,50 € (prix France)

 



[1] « Femmes politiques », « Femmes criminelles », « Femmes inspirées » et « Femmes artistes ».

[2] Le terme est dérivé du mot grec ὑστέρα, pouvant signifier les entrailles, la matrice ou l'utérus. Les travaux de Jean-Martin Charcot (1825-1893) sur l'hypnose et l'hystérie, à l'origine de l'École de la Salpêtrière, préfigurent les études de psychopathologie de son successeur Pierre Janet et, à l'opposé, ont déterminé1 Sigmund Freud, qui fut brièvement son élève et un de ses premiers traducteurs, à inventer la psychanalyse. (Source : Wikipédia)

 

18:46 Écrit par Bernard dans Récits de vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour devenir un grand chef… ou le rester !

La cuisine de référence.jpg

Auteur prolifique (de Travaux Pratiques de cuisine et sa traduction Practical kitchen work, de Technologie culinaire, de Cuisine de Référence, de Technologie culinaire 1re et 2e année, de BEP technologie culinaire, de la première édition de La Cuisine de Référence qui existe aussi en version espagnole et portugaise, de Techno culinaire BAC PRO… qui ont reçu le grand prix du meilleur ouvrage de l'Académie Nationale de Cuisine), Michel Maincent-Morel est professeur chef de cuisine honoraire du lycée technologique des métiers de la restauration et de l'hôtellerie Jean Drouant à Paris (17e) et ancien élève du lycée hôtelier de Rouen ainsi que de l'ENNA de Toulouse.

Il est également coauteur de nombreux ouvrages professionnels et destinés au grand public (notamment du Dictionnaire gastronomique chez Larousse) tout en exerçant comme chef consultant en France (en Martinique, à La Guadeloupe, à La Réunion) et à l'étranger (Maurice, Maroc, Tunisie, Turquie...).

Il a fait paraître en janvier 2015, chez son éditeur de prédilection (BPI à Clichy), une nouvelle version revue et augmentée de La Cuisine de Référence, la bible pour la préparation des examens et des concours en France et à l'étranger, car 500 techniques de base y sont exposées avec simplicité et décrites pas à pas au moyen de 3000 photos à valeur pédagogique, pour que l'utilisateur puisse les mettre en œuvre aisément.

L’ouvrage contient aussi 1000 fiches techniques de recettes intemporelles – dont les 100 plats préférés des Français –permettant la réalisation de nombreuses préparations dérivées ainsi que le calcul des prix de revient, un référentiel d’auto-évaluation de son apprentissage, un lexique du vocabulaire professionnel et, grande nouveauté, un accès à 118 vidéos pédagogiques.

Sans nul doute l’ensemble pratique le plus clair et complet dans son domaine !

Bernard DELCORD

La cuisine de référence. Techniques et préparations de base, fiches techniques de fabrication (nouvelle édition avec accès à des vidéos) par Michel Maincent-Morel, préface de Dominique Loiseau, Clichy, Éditions BPI, collection « Enseignement - Formation – Restauration - Hôtellerie », janvier 2015, 1 152 pp. en quadrichromie au format 21 x 29,7 cm sous couverture brochée en couleurs, 33 € (prix France)

Pour vous, nous avons repris dans cet ouvrage très professionnel la recette suivante :

Potage ou soupe au pistou

Pour 8 personnes

Préparation : 1h30

Cuisson : 25 minutes

Ingrédients :

Éléments de base :

400 g de carottes

400 g de courgettes

100 g de céleri

400 g de poireaux

200 g de gros oignons

200 g de haricots verts

400 g de grosses tomates

100 g de haricots blancs frais

100 g de haricots rouges frais

400 g de pommes de terre (bintjes)

100 g de pâtes (coquillettes)

Pour le pistou :

40 g d’ail

½ botte de basilic

2 dl d’huile d’olive

40 g de parmesan

Pour la garniture :

80 g de parmesan

Sel et poivre du moulin

Technique de réalisation :

1. Mettre en place le poste de travail – 5 minutes

Denrées, matériels de préparation, de cuisson et de dressage.

2. Préparer tous les légumes – 20 minutes

Éplucher et laver très soigneusement tous les légumes.

Réserver les pommes de terre dans de l'eau froide.

Ne pas éplucher les courgettes, les ébouter et les laver seulement.

Dégermer l'ail.

3. Monder, épépiner, concasser et réserver les tomates –10 minutes

4. Cuire les haricots verts, les haricots frais blancs et rouges séparément à l'anglaise – 10 minutes (ou les utiliser appertisés, dans ce cas, ils sont ajoutés quelques minutes avant la fin de la cuisson du potage).

5. Tailler tous les légumes – 20 minutes

Les tailler en dés réguliers d'1 cm de côté.

6. Marquer le potage en cuisson – 10 minutes

Porter 1,5 1 d'eau à ébullition, saler au gros sel.

Ajouter les légumes par ordre de durée de cuisson (carottes, navets, céleri, oignons, poireaux, courgettes).

Terminer par les pommes de terre et les tomates (les coquillettes peuvent être cuites séparément ou ajoutées 12 minutes avant la fin de la cuisson).

7. Réaliser le pistou – 10 minutes

Piler dans un mortier l'ail et les feuilles de basilic.

Incorporer petit à petit l'huile d'olive, puis ajouter quelques petits dés de tomates et de pommes de terre prélevés dans le potage.

Travailler à l'aide du pilon afin d'obtenir une pâte homogène.

Ajouter un peu de parmesan et assaisonner.

8. Dresser la soupe au pistou – 5 minutes

Vérifier la cuisson et l'assaisonnement.

Dresser la soupe brûlante dans une soupière.

Servir à part en saucière le pistou et le parmesan râpé. (Le pistou peut être ajouté dans le potage au moment de l'envoi).

Potages similaires :

Potage minestrone

Réaliser un potage cultivateur en ajoutant un morceau de poitrine fumée blanchi ou un talon de jambon fumé.

En cours de cuisson, ajouter des tomates concassées, des petits haricots blancs cuits au préalable, des spaghettis coupés en tronçons de 3 cm de longueur, un hachis très fin de lard gras, d'ail et de basilic.

Servir avec du parmesan.

Potage bonne-femme

Potage parisien beurré et crémé au moment de l'envoi.

Servir à part des rondelles de baguette séchée.

Potage maraîchère

Ajouter au potage bonne-femme du vermicelle, une chiffonnade d'oseille, de laitue et d'épinards.

Garnir de feuilles de pourpier et de pluches de cerfeuil.

Potage normande

Suer au beurre une paysanne de carottes et de poireaux.

Ajouter après mouillement des petits flageolets frais et une paysanne de pommes de terre.

Beurrer et crémer au moment de servir.

Remarque : ces potages peuvent être mouillés avec du consommé blanc (marmite) ou avec du consommé blanc et du lait.

16:43 Écrit par Bernard dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ténèbres et lumière…

Congo – L'autre histoire.jpg

Dans un fort essai remarquablement étayé et intitulé Congo – L'autre histoire. De Léopold II, fer de lance de l'antiesclavagisme à l'esclavagisme des multinationales, notre compatriote Charles Léonard s’est lancé dans l’entreprise ô combien complexe de remettre de nombreux points sur les i de l’histoire du Congo belge et de la RDC.

Il est vrai que notre homme, qui maîtrise parfaitement le lingala et voue une amitié sans bornes au Congo et à son peuple, ne manque pas de biscuit puisqu’il œuvra dans ce pays de 1953 à 1993 et qu’il fut la cheville ouvrière des 26 numéros de Conjoncture Économique du Zaïre, la revue de référence en la matière à l'époque, qu'il rédigea de 1961 à 1987.

« Mais, écrit son éditeur, s’agissant de l’histoire coloniale du Congo, Charles Léonard en a eu un jour assez des écrits orientés ainsi que du mea culpa profondément chrétien et frisant le masochisme de la presse européenne en général et belge en particulier.

Cette pensée anticoloniale politiquement correcte, mais loin de l'être toujours historiquement, est le fruit d'auteurs n'ayant souvent jamais vécu en dehors des frontières belges ni au Congo belge. Elle a, nombre de fois, exaspéré les anciens d'Afrique dont les mises au point et protestations ne furent pratiquement jamais prises en considération par les médias belges.

Alors, à 82 ans, il décide de prendre la plume et de raconter le Congo sous un autre angle : oui, la colonisation belge a fait un travail extraordinaire et fut l'une des plus remarquables en Afrique ; non, les Blancs ne sont pas tous d'infâmes exploiteurs ; oui, le Roi Léopold II fut un homme hors du commun, certes pas un saint, mais bien le reflet de la vision de son époque mise en œuvre avec volonté, persévérance et intelligence.

Parce qu’il fut victime de la calomnie anglaise d'abord, belge et internationale ensuite, ce livre veut lui rendre le mérite auquel il a droit : entre autres exploits, Léopold II mit fin à l'esclavagisme arabe en Afrique centrale et promulgua dès 1885 une ordonnance instaurant les bases d'un remarquable code de procédure civile, prélude du futur “Codes et Lois du Congo belge”, seul en son genre à l'époque, et respectueux du droit coutumier de surcroît. Il donna aux Congolais, qui le reconnaissent eux-mêmes, un véritable empire au cœur de l'Afrique, empire doté d’un sous-sol parmi les plus riches au monde.

Ensuite, Charles Léonard raconte l'évolution d'un pays : de l'indépendance aux Kabila père et fils en passant par Kasavubu, Mobutu, les deux guerres à l'Est et jusqu'aux exploiteurs actuels du pays, les nouveaux maîtres du monde que sont les multinationales. »

Ajoutons que le style est alerte, la réflexion subtile, la documentation abondante et les illustrations remarquablement choisies.

Cet ouvrage aux opinions parfois tranchantes – et que nous ne partageons pas forcément – ne pourra que déplaire aux tenants actuels de la pensée unique, à qui il fera pousser des cris d’orfraie.

Ce qui lui donne un attrait supplémentaire !

Bernard DELCORD

Congo – L'autre histoire. De Léopold II, fer de lance de l'antiesclavagisme à l'esclavagisme des multinationales par Charles Léonard, Bruxelles, Éditions Masoin, septembre 2014, 416 pp. + 32 pp. de photographies en noir et blanc au format 16 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 30 €

16:06 Écrit par Bernard dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le fantôme du plat pays…

Tout est bon dans le Belge.jpg

« Il y a, en Belgique, des Wallons et des Flamands ; il n’y a pas de Belges », assurait l'homme politique socialiste Jules Destrée (1863-1936) dans sa Lettre au Roi Albert 1er à la veille de la Première Guerre mondiale.

Et pourtant, comment ne pas se reconnaître dans les dessins qu'Edgar Kosma et Pierre Lecrenier consacrent chaque semaine dans Le Vif/L'Express et sur www.lebelgebd.com à ce Belge qui n’existe pas, et dont un deuxième recueil est paru chez Delcourt à Paris sous le titre Tout est bon dans le Belge ?

Car, comme le disent ces deux compères, le Belge est souvent d'origine étrangère, ou alors c'est la même chose ; il supporte les Diables rouges et la N-VA ; il veut que les choses changent, mais rechigne à aller voter ; il ne croit plus en Saint-Nicolas, mais ne manque jamais de fêter Noël, le carnaval et l’Assomption (mais pas la Saint-Valentin !) ; il a une brique dans le ventre ; il fait fonctionner l'économie locale et, malgré qu'il souffre des embouteillages quotidiens, il associe toujours voiture et liberté.

Les auteurs prennent un malin plaisir à souligner ces petits riens qui font la saveur de la vie et dans lesquels le lecteur se reconnaît et se brocarde. Le dessin, inspiré de la ligne claire, est épuré, sympathique et maîtrisé. Détail non négligeable, les seules couleurs utilisées sont celles du drapeau national.

Ce deuxième tome propose cependant quelques dessins et commentaires inédits, ainsi qu'une préface de Stéphane De Groodt lui-même, qui vaut à elle seule le détour.

Si bien que de la lecture de ces bandes dessinées, on peut conclure que s'il n'y a pas de Belges, c'est parce que le Belge est un peu comme tout le monde…

Frédéric SEVERINO

Tout est bon dans le Belge par Edgar Kosma et Pierre Lecrenier, préface de Stéphane De Groodt, Delcourt, novembre 2014, 96 pp. en quadrichromie au format 17,5 x 23,8 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 13,90 €

15:24 Écrit par Bernard dans Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2015

Meurtre au pays des Francs…

La francisque de Tournai.jpg

Mouscronnois formé chez les jésuites à Tournai, Jacques Mercier – que l’on ne présentera pas, tant est grande sa célébrité en Belgique francophone – a fait paraître récemment aux Éditions Luc Pire à Liège son cinquantième ouvrage, un roman policier cette fois, La francique de Tournai, dans une collection où le patrimoine historique et architectural de notre pays est particulièrement mis en évidence.

Voici le résumé qu’il en donne :

« Daniel, Tournaisien d’origine, sillonne l’Europe à la recherche de haches et de francisques pour enrichir sa collection. Il profite de ses nombreux voyages pour développer des activités mystérieuses. Mais, de retour à Tournai, à l’ombre des géants Jean Noté et Christine de Lalaing, machination et vengeance s’entremêleront. De la gare au beffroi, du quai Donat Casterman à la cathédrale, c’est lors d’un week-end de fête que se dénouera l’intrigue… »

On sait l’attention que notre Maître Jacques porte à la qualité de la langue française et le souci de perfection dans les détails qui l’a animé tout au long de sa carrière à la radio, à la télévision et dans la presse.

On ne s’étonnera donc pas de les retrouver dans son texte, qui est avant tout une belle ode à la première capitale franque de Childéric et de Clovis ainsi qu’un chant d’amour de la cité dont la cathédrale fameuse marie cinq splendides tours romanes à un superbe chœur gothique et renferme un trésor somptueux.

Une histoire passionnante dans une riche histoire…

Bernard DELCORD

La francisque de Tournai par Jacques Mercier, Liège, Éditions Luc Pire, collection « Romans de gare – Kill and read », octobre 2014, 130 pp. en noir et blanc au format 12 x 18,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 10 €

13:53 Écrit par Bernard dans Littérature policière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2015

Come on, baby!

Nutrition gourmande autour de la naissance.jpg

Dans Nutrition gourmande autour de la naissance, un ouvragediffusé par les Éditions Soliflor à Bruxelles, Françoise de Keuleneer, Héloïse Coppée (toutes deux nutrithérapeutes) et Corinne Hubinont (médecin-obstétricien) adressent aux futurs parents des conseils clairs, simples et précis, mis en pratique dans 101 recettes de cuisine, pour une approche nutritionnelle équilibrée et agréable dès le désir de grossesse, durant celle-ci et au cours de la période d'allaitement, ainsi que l'énoncé des principes diététiques favorables à la fertilité, à la grossesse et à l'allaitement, le tout complété par des tableaux de menus de saisons correspondant à ces trois phases, mais aussi pour éviter la toxoplasmose.

De quoi bien préparer les générations futures...

Bernard DELCORD

Nutrition gourmande autour de la naissance par Françoise de Keuleneer, Corinne Hubinont et Héloïse Coppée, photographies de Julie Grégoire, Bruxelles, Éditions Françoise Blouard (diffusées par les Éditions Soliflor), décembre 2013, 240 pp. en quadrichromie au format 20 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 29 €

Voici une recette conseillée pour les grossesses gémellaires :

Raie à la crème de cresson, spaghetti de légumes

Pour 4 personnes

Matériel :

Blender

Cuit-vapeur

Mandoline

Ingrédients :

2 ailes de raie, environ 700 g

4 courgettes moyennes

3 grosses carottes

2 oignons, rouges si possible

Pour la crème de cresson :

1 avocat mûr

1 ravier de cresson ou de cerfeuil

1 demi-citron

1 cube de bouillon de légumes bio

Fleur de sel marin

Recette :

À l'aide de la mandoline, détailler les courgettes et les carottes en spaghetti.

Peler les oignons, les couper en deux, puis les détailler en demi-rondelles.

Placer les ailes de raie dans le panier inférieur du cuit-­vapeur et les légumes dans le panier supérieur.

Faire cuire 10 a 12 minutes à la vapeur.

Rassembler dans le bol du blender la chair de l'avocat, le cresson ou le cerfeuil bien nettoyé (sauf quelques feuilles réservées pour la décoration), le cube de bouillon, un filet de jus de citron et un demi-verre d'eau bouillante.

Mixer.

Goûter et ajouter éventuellement une pincée de fleur de sel.

Étaler 2 cuillers à soupe de crème de cresson dans le fond de 4 assiettes préchauffées, disposer une portion de spaghetti de légumes, déposer par-dessus la raie débarrassée de son cartilage, arroser d'un filet d'huile d'olive et garnir avec les feuilles de cresson restant.

Conseil :

Pour éviter la toxoplasmose, blanchir le cresson.

14:28 Écrit par Bernard dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un livre de vie…

La méthode anti-cancer .jpg

Richard Béliveau est professeur de biochimie à l'Université du Québec à Montréal depuis 1984, où il est titulaire de la chaire de recherche en prévention et traitement du cancer. Il est également chercheur attaché au service de neurochirurgie de l'hôpital Notre-Dame (CHUM) et titulaire de la chaire de neurochirurgie Claude-Bertrand. Il est professeur de chirurgie et de physiologie à la faculté de médecine de l'Université de Montréal. Depuis 1996, il est le directeur du laboratoire de médecine moléculaire à l'hôpital Sainte-Justine. Il est l'auteur de plus de 230 publications scientifiques dans des revues médicales à l'échelle internationale. Ses sujets de recherche sont la prévention et le traitement du cancer.

Denis Gingras, quant à lui, est chercheur spécialisé en oncologie au Laboratoire de médecine moléculaire de l'Université du Québec à Montréal.

Ensemble, ils ont publié des ouvrages pratiques et de vulgarisation qui connaissent un grand succès international : Les aliments contre le cancer (Trécarré, 2005, Solar, 2006, Le livre de poche, 2009, traduit en 26 langues), Cuisiner avec les aliments contre le cancer (Trécarré, 2006, Robert Laffont, 2008, Le livre de poche, 2010), La santé par le plaisir de bien manger (Trécarré, 2009), La mort (Trécarré, 2010), L’alimentation anti-âge (Le livre de poche, 2011).

Ils ont fait paraître en septembre 2014 chez Flammarion à Paris une synthèse intitulée La méthode anti-cancer – Comment réduire les risques dans laquelle ils proposent une stratégie globale pour lutter contre la maladie du siècle qui constitue l'une des premières causes de mortalité dans notre société.

Se basant sur les résultats les plus récents de leurs travaux de recherches, ils y font le point sur tous les facteurs qui provoquent le développement du cancer et ils enseignent au lecteur les rudiments d'une méthode globale illustrée de prévention : pourquoi et comment éviter le tabac, les dépendances, l'alcool, la pollution de l'habitat et de l'environnement, les agents polluants industriels, une mauvaise alimentation, le surpoids, les prises de vitamines et autres compléments alimentaires, la trop grande sédentarité, les expositions prolongées au soleil, le stress, le manque de sommeil...

Une méthode claire et réaliste, illustrée de schémas et ponctuée de focus, qui fait prendre conscience des dangers et aide à adopter de meilleures habitudes au quotidien.

Bernard DELCORD

La méthode anti-cancer – Comment réduire les risques par les docteurs Richard Béliveau et Denis Gingras, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2014, 263 pp. en quadrichromie au format 17,8 x 21,7 cm sous couverture Intégra en couleurs, 19,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié les conseils suivants, relatifs aux suppléments alimentaires :

Fausse représentation

Trois indices infaillibles permettent d'éviter de gaspiller temps et argent pour des suppléments inefficaces ne présentant aucun impact positif sur la santé.

Méfiez-vous des allégations santé extravagantes. Lorsqu'un effet semble trop beau pour être vrai, c'est qu'il n'est pas vrai ! Et cela, même si c'est une personnalité connue qui en fait la promotion. Qu'il s'agisse de pilules qui permettent d'éliminer 10 kilos en une semaine, d'eau « ionisée » miraculeuse ou d'une nouvelle molécule censée protéger le corps contre toutes les maladies, tous ces produits ne sont que des versions modernes des poudres de perlimpinpin vendues par les charlatans d'antan.

Méfiez-vous des produits exotiques. Ce n'est pas parce qu'un produit est extrait de fruits ou de plantes qui nous sont inconnus ou qui proviennent de pays lointains qu'il est pour autant doté de propriétés miraculeuses. Comme le dit le proverbe, a beau mentir qui vient de loin...

Méfiez-vous du jargon pseudo scientifique. Pour donner de la crédibilité à un produit, des termes prétendument scientifiques sont souvent utilisés dans sa description. Mais « éprouvé en laboratoire », « 100% naturel », « ADN végétal natif » ou autres termes qui ne veulent rien dire sont d'abord et avant tout des outils de marketing élaborés par des entreprises de communication pour attirer un public-cible.

14:17 Écrit par Bernard dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |