07/12/2016

« Les Anglais ont inventé le foot, les Français l'ont organisé, les Italiens le mettent en scène. » (Éric Cantona)

Euro – Les plus grands moments.jpg

Grand reporter à France Télévision et spécialiste du football, Rodolphe Gaudin a fait paraître, préfacée par Olivier Giroud, l’avant-centre de l’équipe de France, intitulée Euro 2016 – Les plus grands moments, une synthèse du championnat européen qui s’est déroulé dans l’Hexagone entre le 10 juin et le 10 juillet derniers.

En voici la présentation enthousiaste :

« Avec ses 108 buts, ses 51 matchs, ses 24 équipes, ses affiches inédites et ses coups de théâtre, l'Euro 2016 nous a fait vivre d'intenses émotions et a rencontré un immense succès populaire.

Du match d'ouverture, France-Roumanie, au sacre du Portugal au Stade de France, revivez match après match, jour après jour, les temps forts de ce rendez-vous incontournable suivi par des millions de passionnés.

Replongez dans cette aventure incroyable qui a fait vibrer l'Europe entière et découvrez quels en ont été les joueurs incontournables, les révélations, les surprises, les succès, les déceptions ou encore les moments magiques ! »

Avis aux footeux, donc…

Bernard DELCORD

Euro 2016 – Les plus grands moments par Rodolphe Gaudin, préface d’Olivier Giroud, Paris, Éditions Larousse, août 2016, 128 pp. en quadrichromie au format 21,8 x 29,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,95 € (prix France)

20:20 Écrit par Bernard dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

« Il est vrai qu'on ne peut trouver la pierre philosophale, mais il est bon qu'on la cherche. » (Fontenelle)

Les Pierres du Moyen Âge.jpg

Valérie Gontero-Lauze est maître de conférences de langue et littérature du Moyen Âge à l'université d'Aix-Marseille. Ses recherches portent sur la littérature encyclopédique, en particulier sur les lapidaires et les bestiaires et elle a notamment publié Parures d'or et de gemmes – L'orfèvrerie dans les romans antiques du XIIe siècle (Le Roman de Thèbes, Le Roman d'Eneas, Le Roman de Troie de Benoît de Sainte Maure et Le Roman d'Alexandre d'Alexandre de Paris) à Aix-en- Provence, aux Presses universitaires de Provence en 2002 ainsi que Sagesses minérales – Médecine et magie des pierres précieuses au Moyen Âge à Paris, aux Éditions des Classiques Garnier en 2010.

Elle revient sur le sujet avec Les Pierres du Moyen Âge – Anthologie des lapidaires médiévaux, un splendide ouvrage fort bellement illustré publié par les Éditions Les Belles Lettres à Paris.

Voici ce qu’elle en dit :

« Le Moyen Âge croyait aux pouvoirs des pierres précieuses ; leurs vertus médicinales et magiques étaient consignées dans des traités encyclopédiques, les lapidaires.

Ce savoir, hérité de l'Antiquité, est resté pérenne durant des siècles ; le diamant rend invincible ; le saphir délivre les prisonniers ; l'émeraude guérit les problèmes de vision ; l'améthyste protège de l'ivresse ; l'hématite arrête les hémorragies, etc.

Les pouvoirs attribués aux pierres procèdent par analogie, mode de pensée qui prévaut pendant toute la période médiévale.

Cette anthologie des lapidaires médiévaux propose pour la première fois une édition bilingue de ces textes longtemps méprisés et toujours largement méconnus, avec une sélection d'extraits en ancien et moyen français, accompagnés de leur traduction. »

Un livre précieux !

Bernard DELCORD

Les Pierres du Moyen Âge – Anthologie des lapidaires médiévaux par Valérie Gontero-Lauze, Paris, Éditions Les Belles Lettres, octobre 2016, 224 pp. en quadrichromie au format 15,5 x 19,6 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 21 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié la table des matières de cet ouvrage passionnant :

Introduction

L'encyclopédisme médiéva1

Les traités sur les pierres précieuses

L'article de lapidaire, un exercice de style

Genre encyclopédique et genre romanesque, des liens étroits

Anthologie des lapidaires médiévaux :

  1. L'escarboucle, la pierre de lumière
  2. Le rubis, la pierre de l'amour
  3. Le saphir, la pierre du ciel
  4. L'émeraude, la pierre de la vision
  5. Le diamant, la pierre de l'invincibilité
  6. Le cristal, la mère des pierres
  7. L'améthyste, la pierre contre l'ivresse
  8. L'agate, la pierre anti-venin
  9. L'hématite, la pierre du sang
  10. La pyrite, la pierre du feu
  11. Le corail, la pierre végétale
  12. La perle, la pierre de la rosée
  13. L’héliotrope, la pierre du soleil
  14. La topaze, la pierre de la lune
  15. L'alectoire, la pierre du chapon
  16. La chélidoine, la pierre de 1'hirondelle
  17. Le ligure, la pierre du lynx
  18. La panthère, la pierre du fauve
  19. La dracontite, la pierre du dragon
  20. La magnétite, la pierre de 1'attraction
  21. La céraunie, la pierre de la foudre
  22. L'onyx, la pierre de la magie noire
  23. La mède, la pierre de Médée
  24. Le diadoque, la pierre à ressusciter les morts

Notes

Bibliographie sélective

Index des pierres

Index des personnages légendaires et historiques

19:39 Écrit par Bernard dans Beaux Livres, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/12/2016

Délires loufoques…

Signé Furax - La lumière qui éteint.jpg

Pierre Dac (1893-1975) est le créateur d'un humour qu'il a qualifié de « loufoque ». Révélé au music-hall dans les années 1920, il triomphe bientôt à la radio et crée le journal L'Os à moelle en 1938. Il bataillera sur Radio-Londres aux heures sombres et sévira plus que jamais sur les ondes de l'après-guerre avec son comparse Francis Blanche dans Signé Furax, Malheur aux barbus et Bons baisers de partout

Francis Blanche (1921-1974) fut un humoriste tout-terrain : acteur (Les Tontons flingueurs), homme de scène et de radio (les impostures téléphoniques), chansonnier, auteur et inoubliable complice de Pierre Dac pour les feuilletons radio et les sketchs (Le Sâr Rabindranath Duval).

Furax était apparu à la radio sur la Chaîne Parisienne en 1951 avec Malheur aux barbus, mais c'est avec la diffusion sur la jeune station Europe n°1 du Boudin sacré, entre octobre 1956 et juin 1957, que Signé Furax va devenir un phénomène ; tous les jours de la semaine, à une heure de grande écoute, la France s'arrête pour savourer les aventures délirantes des détectives Black et White, de Théo Courant, du professeur Hardy-Petit et sa fille Carole, d'Asti Spumante, du commissaire Socrate et de Maurice la Grammaire, opposés à Furax et la terrible secte des Babus.

Dès septembre 1957, les duettistes Dac et Blanche reprennent du service pour une deuxième saison, La lumière qui éteint, qui durera jusqu'en juin 1958 et dont les Éditions Omnibus à Paris ont ressorti les textes, présentés et adaptés par Jacques Pessis.

Synopsis :

« Black, White et leurs amis n'en ont pas fini avec Furax et les Babus auxquels ils s’est allié et qui, dans leur projet démoniaque de domination du monde, s'apprêtent à inonder la terre de la terrible invention du professeur Mochmoch, une lumière bleue qui annihile toute volonté.

Leurs aventures les mèneront de Morzy-les-Gaillardes (Seine-et-Loire) à Yadupour, capitale du Filekistan, en passant par un atoll du Pacifique et la planète Astérix, dans l'espace infini. »

La lumière qui éteint a fait s'esclaffer la France entière et appartient à la légende de la radio.

« Je tiens Furax pour une œuvre géniale, pour la grande Iliade du siècle de l'humour », a dit en 1959 le sociologue Edgar Morin.

Par rapport au script d'origine, Jacques Pessis a éliminé les redites nécessaires au format du feuilleton ainsi que quelques allusions à l'actualité de l'époque, incompréhensibles aujourd'hui.

Ajoutons que Pierre Dac est actuellement à l'affiche du Théâtre Edgar à Paris avec Le Schmilblick !, comédie loufoque dans laquelle Jacques Pessis a réuni et mêlé, dans une pièce de théâtre, ses monologues, dialogues, aphorismes et pensées.

 

Du surréalisme à l’état pur !

Bernard DELCORD

Signé Furax - La lumière qui éteint par Pierre Dac & Francis Blanche, présentation de Jacques Pessis, Paris, Éditions Omnibus, novembre 2016, 960 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 19,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 28 € (prix France)

21:05 Écrit par Bernard dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/12/2016

« Un gentleman, c’est celui qui est capable de décrire Sophia Loren sans faire de geste. » (Michel Audiard)

Michel Audiard - L'encyclopédie.jpg

Michel Audiard (1920-1985) qui travailla sur plus de cent films et à qui l’on doit une dizaine de livres, est sans conteste le plus célèbre dialoguiste du cinéma français et son œuvre a été intégralement rassemblée et analysée par Stéphane Germain dans Michel Audiard - L'encyclopédie publié aux Éditions Hugo Image à Paris, un remarquable beau livre, abondamment illustré d'affiches et de photos d'époque, qui fourmille d’histoires, d’analyses, de citations et d’anecdotes relatives à cet artiste au talent exceptionnel.

Ceux qui connaissent par cœur les répliques des Tontons flingueurs ou d'Un singe en hiver y constateront avec bonheur qu'il existe de nombreux autres bijoux tombés injustement dans l'oubli.

Et les amateurs d'Un taxi pour Tobrouk ou du Pacha y feront aussi la connaissance du polémiste, du romancier désabusé et de l'homme blessé caché derrière ceux qu'il fit parler avec une verve gouaille : Jean Gabin, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo, Lino Ventura, Annie Girardot, Charles Aznavour, Mireille Darc, Louis Jouvet, Bourvil, Louis de Funès, Paul Meurisse, Francis Blanche, Jean-Pierre Marielle, Maurice Biraud, André Pousse ou Michel Serrault, entre autres…

Florilège :

Raymond Souplex : Comme je lui disais « Vous condamnez un peintre à mourir de faim », il m’a répondu : « Faites moins de croûtes et vous gagnerez la vôtre ».

(Garou-Garou, le passe-muraille de Jean Boyer, 1951)

– Jean Gabin, à propos d’un homme appelé à témoigner à la barre dans une affaire de meurtre : En trafiquant, il aurait été odieux, mais en cocu, il sera magnifique. Les jurés pleureront. Il y a toujours des connaisseurs…

(Le désordre et la nuit de Gilles Grangier, 1958)

– German Cobos : Moi, c’que j’aime pas, c’est leur police militaire…

– Charles Aznavour : Policier et militaire… Y’en a qu’ont du vice !

(Un taxi pour Tobrouk de Denys de la Patellière, 1960)

– Bernard Blier : Parce que j’aime autant vous dire que pour moi, Monsieur Éric, avec ses costumes écossais tissés à Roubaix, ses boutons de manchettes en simili et ses pompes italiennes fabriquées à Grenoble, eh ben, c’est rien qu’un demi-sel. Et là, je parle juste question présentation, parce que si je voulais me lancer dans la psychanalyse, j’ajouterais que c’est le roi des cons…

(Le cave se rebiffe de Gilles Grangier, 1961)

– Robert Dalban : J’ai peut-être une bonne affaire. Je connais un gars qui cherche un bateau. Tu pourrais lui vendre le tien.

– Jean-Paul Belmondo : Mais j’en ai pas !

– Robert Dalban : C’est pour ça que c’est une bonne affaire…

(L’incorrigible de Philippe de Broca, 1975)

Un livre événement sur un génie du verbe !

Bernard DELCORD

Michel Audiard - L'encyclopédie par Stéphane Germain, Paris, Éditions Hugo Image, octobre 2016, 295 pp. en quadrichromie au format 21 x 28 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 24,95 € (prix France)

30/11/2016

« Un art qui a de la vie ne reproduit pas le passé, il le continue. » (Auguste Rodin)

Rodin (cover).jpg

Raphaël Masson a été conservateur au musée Rodin, chargé des archives et de la bibliothèque, tandis que Véronique Mattiussi est responsable du fonds historique de la même institution parisienne [1].

Rodin (Le Penseur,1880-81).jpg

Le Penseur (1880-81)

Il se sont associés pour rédiger un splendide album sobrement intitulé Rodin, publié chez Flammarion à Paris, rassemblant une iconographie forte de nombreux dessins, aquarelles, documents d'archives et nouvelles prises de vue des sculptures, spécialement effectuées pour ce livre qui invite à la redécouverte de l’œuvre d’Auguste Rodin (1840-1917) [2] dont les statues les plus célèbres (Les Bourgeois de Calais, Le Baiser, La Porte de l'Enfer, Le Penseur...), longtemps contestées, appartiennent au patrimoine collectif de l’art occidental.

Rodin (Camille Claudel, La Valse).jpg

Camille Claudel, La Valse, 1905

Bernard DELCORD

Rodin par Raphaël Masson et Véronique Mattiussi, préface de Jacques Vilain, Paris, Éditions Flammarion & Musée Rodin, septembre 2016, 248 pp. en quadrichromie au format 20,3 x 26,1 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 25 € (prix France)

 

[1] 79, rue de Varenne, F-75007 Paris

[2] Qui fut aussi le mentor de la géniale Camille Claudel (1864-1943).

14:52 Écrit par Bernard dans Arts, Beaux Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

« Être surréaliste, c'est bannir de l'esprit le déjà vu et rechercher le pas encore vu. » (René Magritte)

Les plus belles œuvres de René Magritte .jpg

C'est jusqu'au 23 janvier 2017 que se tient, au Centre Pompidou à Paris, une exposition intitulée René Magritte - La trahison des images qui propose une approche inédite de la production de l’artiste belge.

Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d'autres peu connues, provenant des plus importantes collections publiques et privées, cet événement offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne à travers une centaine de tableaux, de dessins et de documents d’archives.

De leur côté, les Éditions Larousse à Paris ont publié, sous la plume d'Éloi Rousseau, un bel album intitulé Les plus belles œuvres de René Magritte qui offre l'occasion de découvrir son parcours original ainsi que son étonnante personnalité.

Écoutons l'auteur :

« Proche des surréalistes français mais toujours à distance du groupe qu'ils formaient, René Magritte (1898-1967) a poussé à l'extrême leur réflexion sur le rêve, l'étrangeté du réel et la mémoire, devenant un des artistes majeurs du XXe siècle. Ses tableaux stupéfiants explorent les rapports entre le mot et l'image, le nom et la chose, créant un univers trouble et déconcertant. Sa technique, précise et froide, sert des compositions qui, en défiant les lois de la proportion, de la logique et de la science, dévoilent ce qui, au-delà de la vision, demeure caché.

L'homme au chapeau melon qui exerça son ironie à l'encontre de toutes formes d'image, à commencer par celle qu'il renvoyait, n'a eu de cesse de jouer avec nos perceptions et notre conception du monde. Facétieux et provocateur, le maître du surréalisme belge est aujourd'hui un des peintres les plus surprenants, l'incarnation de la puissance de la pensée en peinture. »

Bernard DELCORD

Les plus belles œuvres de René Magritte par Éloi Rousseau, Paris, Éditions Larousse, septembre 2016, 128 pp. en quadrichromie au format 20 x 24,2 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 12,90 € (prix France)

Informations pratiques :

Jusqu'au 23 janvier 2017

Centre Pompidou

Galerie 2

Place Georges Pompidou

F-75004 Paris

Tarifs :

Plein tarif : 14 euros

Moins de 26 ans : 11 euros

Horaires d'ouverture :

De 11h à 21h tous les jours sauf le mardi (fermeture des caisses à 20h, sortie des espaces d’exposition à partir de 20h45)

Nocturnes les lundis et les jeudis jusqu’à 23h (fermeture des caisses à 22h, sortie des espaces d’exposition à partir de 22h45)

11:54 Écrit par Bernard dans Arts, Beaux Livres, Expositions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/11/2016

« L’automobile est un équivalent assez exact des cathédrales gothiques. » (Roland Barthes)

1000 anecdotes de l'automobile.jpg

Pierre-Olivier Marie, journaliste spécialisé dans l’automobile, est rédacteur en chef adjoint du site Caradisiac.com. Il a également participé à la création de Car Life et Question Auto, passé plusieurs années à Auto Plus, et signé des articles dans de nombreux magazines, de L’Optimum à Marianne.

Il est l’auteur chez Hugo Image à Paris de 1000 anecdotes de l'automobile, dans lequel il a collecté de nombreuses petites histoires – 1000 précisément – qui tournent autour de cet objet de passion et de fascination qu'est l'auto, et il les a croisées avec ce que l'on appelle communément la grande histoire.

Saviez-vous, notamment...

– qu'avant de se rêver Président de la République, François Fillon s'imaginait pilote de course,

– que le premier vainqueur du Grand Prix de Monaco en 1929, devenu agent secret, s'illustra dans la Résistance avant d'être exécuté dans un camp de concentration en 1945,

– que Bernie Ecclestone, big boss de la Formule 1, aurait participé à l'un des plus fameux hold-up de l'histoire,

– que la Bentley de Keith Richards disposait d'un compartiment secret pour cacher de la drogue,

– que le grand pilote argentin Fangio fut retenu en otage par des rebelles castristes,

– que Rudolf Diesel disparut dans des conditions bien mystérieuses, noyé dans la Manche en 1913,

– que les 24 heures du Mans 1967 furent l'occasion d'un incroyable coup de bluff,

–  que, souvent, ce sont les voitures personnelles d'Hergé qui ont inspiré celles que l'on retrouve dans les aventures de Tintin,

– que le Colonel Kadhafi avait créé une voiture de sport,

– que François Mitterrand avait « forcé » Jacques Séguéla à vendre sa Rolls-Royce,

– que la passion d'Eric Clapton pour les Ferrari est consécutive d'une visite que lui a rendue George Harrison en 1969,

– que Georges Wolinski a réalisé une bande dessiné publicitaire pour la Renault 4 ?

De A comme « Accélérez » à Z comme « 007 », en passant par Blindage, Dieu, Hollande (François), Lagerfeld, Nürburgring, Platanes ou Trintignant, cet ouvrage fourmille de petites histoires qui éclairent la grande.

Au fil des pages, on comprendra mieux pourquoi et comment ingénieurs, entrepreneurs, artistes, écrivains, collectionneurs, gangsters et pilotes trompe-la-mort ont pu se passionner pour cette invention qui s'est imposée comme une compagne essentielle de notre quotidien.

Bernard DELCORD

1000 anecdotes de l'automobile par Pierre-Olivier Marie, starter de Luc Ferry, Paris, Hugo Image, mai 2016, 208 pp. en quadrichromie au format 17 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 16,50 € (prix France)

21:11 Écrit par Bernard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |