11/06/2016

Que le meilleur gagne !

Le Guide Larousse de l'Euro 2016 .jpg

Présenté par Rodolphe Gaudin, qui commente les rencontres de l’équipe de France de football sur France Télévision et préfacé par Alain Giresse, l’un des piliers magiques de l’équipe des Bleus qui remporta l’Euro en 1984, Le Guide Larousse de l’Euro 2016 constitue le vade-mecum idéal de celui – ou celle – qui veut suivre en connaissance de cause les rencontres au jour le jour.

 ar, à partir du 10 juin 2016, pour la première fois dans l'histoire de l'Euro, 24 équipes s’affronteront sur le terrain. L’ouvrage permet de faire connaissance avec chacune d'entre elles, de découvrir leurs forces et leurs faiblesses de savoir qui sont les grands favoris et les outsiders, mais aussi les petits nouveaux comme l'Albanie, l'Irlande du Nord, l'Islande, le Pays de Galles ou encore la Slovénie.

Du premier au dernier jour de la compétition, on peut aussi y noter les résultats de chaque équipe, match après match, et ainsi faire ses pronostics.

À vos crayons !

Bernard DELCORD

Le Guide Larousse de l'Euro 2016 présenté par Rodolphe Gaudin, préface d’Alain Giresse, Paris, Éditions Larousse, mai 2016, 128 pp. en quadrichromie au format 19 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 11,95 € (prix France)

14:11 Écrit par Bernard dans Actualité, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/03/2016

Presse libre et mordante…

Médor n°2.jpg

Saluons comme il se doit la parution du deuxième numéro du trimestriel belge Médor, un magazine totalement indépendant, phénomène unique dans la presse de Ce Vaillant Petit Pays, totalement inféodée aux lobbies politiques et financiers !

Rédigée par une équipe motivée, engagée (à gauche, donc, mais loin des partis officiels de cette tendance politique, quoique penchant plutôt vers la couleur verte…) et très professionnelle, cette nouvelle livraison n’hésite pas à aborder des sujets qui fâchent.

En voici le sommaire :

Le dessous des cases (sur les nouvelles cartes numériques de pointage des chômeurs) par Ludi Loiseau

Les aides du désir (sur les « assistantes sexuelles » des handicapés) par Chloé Andries

Djihad express (sur la rapide radicalisation d’un « jeune » de Vilvorde) par Philippe Engels

« Ce pays est foutu ! » (sur la relance des velléités indépendantistes de la N-VA) par Luc Delfosse

Quand Electrabel faisait du business avec Cosa nostra par Raf Sauviller

Des « mauvaises » herbes ou un bon cancer ? (à propos du lobbying de Monsanto auprès des eurocrates pour défendre les « vertus » du Roundup) par Martin Pigeon

La maculée conception (sur les bébés belges issus du business des ovules espagnols) par Céline Gautier

Le document qui accable Mithra (la société pharmaceutique wallonne) par David Leloup

Le carnaval des multinationales (l’itinéraire d’un pionnier du mouvement Écolo devenu corrupteur pour les cimentiers) par David Leloup

Médor à colorier (des dessins à mettre aux couleurs de l’actualité) par Yves Prévaux

Vie et mort d’un sanglier (l’histoire du logo de la province de Luxembourg) par Céline Gautier

Le légume et le bitume (une BD sur l’agriculture dans le Brabant wallon) par Olivier Bailly & Frédéric Rébéna

Ces morts qui nous empoisonnent (sur la gestion des cimetières à Bruxelles et en Wallonie) par Isabelle Masson-Loodts

Anne Delvaux, l’insoumise (sur l’itinéraire politique au cdH de l’ancienne présentatrice du JT rtbéen) par Quentin Noirfalisse & David Leloup

Rex en Technicolor (des photos inédites et colorisées du mouvement collaborationniste de Léon Degrelle durant la Seconde Guerre mondiale) par Quentin Noirfalisse & David Leloup

Les artisans hédonistes du dancefloor (sur les artistes bruxellois produisant de la musique de danse électronique) par Serge Coosemans

Marc Van Montagu, un ambassadeur de très bonne volonté (sur le « père » gantois des OGM, intense lobbyiste de Monsanto) par Amélie Mouton

En été, des bébés comme il vous plaît (sur les statistiques de naissances en Belgique) par Joël Matriche

Les images médicales brisent leurs chaînes (sur les logiciels libres d’imagerie médicale) par Quentin Noirfalisse

« Mike, je viens d’avoir le recteur au téléphone » (l’affaire Mithra vécue de l’intérieur par un stagiaire de Médor) par Mike Pops.

Une initiative courageuse à soutenir, même si on n’en partage pas toutes les idées !

Bernard DELCORD

Médor n°2, trimestriel belge d’enquêtes et de récits, Dave (Namur), Coopérative à responsabilité limitée et à finalité sociale Médor, printemps 2016, 128 pp. en quadrichromie au format 17 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs, 17 €

17:43 Écrit par Bernard dans Actualité, Médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/12/2015

Rien de nouveau sous le soleil...

JUGEND.jpg

Dessin inédit de Johan de Moor.

10:50 Écrit par Bernard dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/10/2015

Une action à soutenir !

Affiche The réfugee next door.png

13:14 Écrit par Bernard dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/04/2013

Écrits du pot de chambre...

 Derrière le miroir.jpg

Après avoir lu la traduction d'articles de Bart De Wever (donnés naguère aux journaux De Morgen et De Standaard) parue récemment aux Éditions Le Cri à Bruxelles sous le titre Derrière le miroir, un factum dans lequel l'auteur s'en prend à ses adversaires en termes scatologiques [1], nous nous sommes demandé s'il était séant de lui répliquer sur le même ton.

Toutefois, réflexion faite et parce que nous sommes bien élevé, nous avons décidé de demeurer poli.

Nous n'écririons donc pas que ce pensum est une diarrhée de mots sur une constipation d'idées.

Nous feindrons d'ignorer que, bien qu'imprimé sur un papier quelque peu glissant, l'ouvrage devrait mettre du baume sur les hémorroïdes de ses lecteurs.

Nous ne relèverons pas que pour ceux qui, comme nous, ne souffrent pas de cette infirmité, le contact avec la « pensée » du leider flamingant aura, au contraire, semblé rugueux, bien que nous ne l'ayons décryptée que d'un derrière distrait.

Nous ne nous exclamerons pas en paraphrasant l'humoriste français Jacques Bodoin : « Quand je vis arriver tout cela, je crus que c'était de la merde, et quand je l'eus lu, je regrettai que cela n'en fût pas ».

Nous ne proférerons pas envers l'auteur l'anathème que Léon Degrelle, un autre grand démocrate, jeta à la tête d'un ministre catholique d'avant-guerre : « Taisez-vous donc, excrément vivant ! ».

Nous ne ferons rien de tout cela, donc.

Quoique...

Bernard DELCORD

Derrière le miroir par Bart De Wever, traduction et annotations de Cécile Préaux, préface de Christian Laporte, Bruxelles, Éditions Le Cri, collection « Essais politiques », février 2013, 261 pp. en noir et blanc au format 13 x 20,5 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 19 €



[1] Exemples : L'écrivain Benno Barnard, à qui il n'a pas eu l'heur de plaire, pas davantage d'ailleurs  que l'historien Marc Reynebeau, est « un perroquet qui piaillait des insultes mémorisées. Les pirates [comme Reynebeau] aiment ce genre de perroquet (...) même s'ils savent que leurs déjections publiques atterrissent partiellement sur leur épaule ». (p. 147). Quant aux artistes modernes, quand ils n' n'adoptent pas ses convictions politiques, ils « ne donnent plus d'expression à la beauté de l'Homme, mais à sa laideur. (...) L'œuvre Cloaca, que Wim Delvoye présenta en 2000 – une machine qui imite la digestion en transformant la nourriture en fausse merde, qui fut ensuite vendue au public, crotte par crotte – peut servir de cas d'école ici ». ( pp. 107-108). « Personne ne se refuse une petite soirée de masturbation idéologique avec nos prétendus thuriféraires du KVS [le Théâtre royal flamand de Bruxelles]. » (p. 195), etc., etc.

15:21 Écrit par Bernard dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/06/2010

Un livre très actuel…

Vous en voyez la facture, soyez-en le facteur...
Mais oui, en cette fin d'année scolaire, vous vous demandez ce que vous pourrez bien offrir à l'instituteur (-trice mais pas (a)troce) qui a supporté quelques-unes de vos têtes « flaves » (ndlr : d'un blond doré), l'année scolaire durant.De mon côté, le problème est résolu – partiellement du moins.
Bref…
Il vous souvient de cette collection des PLAO (Petits livres à offrir) que je vous ai vantée, fin 2009 – le cadeau idéal – et à l'occasion de la Saint-Valentin. Penchons-nous aujourd'hui sur Le petit livre à offrir à sa maîtresse d'école ou à son maître : pour lui dire qu'on l'aime, qu'on l'adore et qu'on ne l'oubliera jamais (titre-fleuve interminable, nous en convenons).
L'ouvrage recèle une fois encore des bijoux d'inventivité, de graphisme et de mise en page : bêtisiers d'élèves, bourdes de parents et perles administratives alternent avec des épreuves à imposer à ceux qui le font à longueur d'année – bulletin à la clef, bien entendu ! –, des listes de punitions idiotes, des prénoms inoubliables, des devinettes étymologiques, sans compter la célèbre dictée de Mérimée ainsi que le lexique des mots rares et pas très utiles à apprendre aux élèves pour faire jaser les parents...
Le maître de votre enfant a de l'humour : il sautera de joie en découvrant les perles de ces pages ; s'il en est dépourvu : vous y verrez une raison supplémentaire de le lui offrir.
Dans tous les cas, il lui permettra de préparer de façon idoine la prochaine rentrée scolaire…

Apolline ELTER

Le petit livre à offrir à sa maîtresse d'école ou à son maître : pour lui dire qu'on l'aime, qu'on l'adore et qu'on ne l'oubliera jamais
par Raphaële Vidaling & alii, Paris, Éditions Tana, juin 2008, 123 pp. en quadrichromie au format 12,1 x 16 cm sous couverture brochée en couleurs, 14,90 € (prix France)

Le petit livre à offrir à sa maîtresse d'école

17:35 Écrit par Bernard dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/05/2010

Pour voir la vie en vert (de gris)

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 05/05/10 de l’hebdomadaire satirique bruxellois PAN :

À l’heure où, la chaleur aidant, tout le monde (ou presque) a décidé de se mettre au vert, notre bon confrère parisien Le Canard enchaîné a sorti un dossier tout à la fois hilarant, édifiant et consternant sur les rapports entre l’écologisme et l’argent. Il s’intitule Les profiteurs du bizness écolo, et il flingue dans tous les azimuts les innombrables parasites qui se remplissent les poches à coups d’idéologie millénariste (« La fin du monde est proche, repentez-vous, repentez-vous ! », l’air est connu depuis avant l’an mil…) : les Dominique Voynet, Noël Mamère et autres Daniel Cohn-Bendit, bien entendu, mais aussi le GIEC, Al Gore, Nicolas Hulot, Yann Arthus Bertrand ou Nicolas Sarkozy, sans pour autant rater les anti-millénaristes comme Claude Allègre… Le discours de trouille autour du progrès est, on le sait, désormais savamment entretenu pour leur plus grand profit par les entreprises qui ont investi massivement dans le filon vert afin de se faire du carbure avec le carbone, les biocarburants, l’éolien, le photovoltaïque, l’électricité, la dépollution, le recyclage, les produits bancaires… et le nucléaire ! Par ailleurs, quand l’infrastructure change, les superstructures suivent : la littérature, le cinéma, la chanson, la gastronomie, le commerce alimentaire et les people se sont donc largement parés de la couleur du dollar pour ébaubir le peuple et lui faire avaler force couleuvres vendues au prix de l’émeraude. Connaissez-vous les éco-recharges pour shampooing ? La vodka équitable ? Le caviar éthique (de gauche, of course, et made in Uruguay…) ? La radio en bioplastique de maïs et bambou ? Le « biorupteur » à 134 euro pour économiser l’énergie électrique quand la lumière est éteinte ? La « ruche à lombrics »de balcon pour transformer les déchets en engrais ? Les aliments bio (et en boîte…) pour chiens ? Non ? Alors, mettez-vous vite au courant (alternatif) en lisant ce dossier vertueux ! Vous aurez, c’est chic, c’est smart, la « green attitude » !

PANTHOTAL

Les profiteurs du bizness écolo
, Paris, Les dossiers du Canard enchaîné, avril 2010, 82 pp. en noir et blanc au format 23 x 30 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 5,35 € (prix France)

Les profiteurs du bizness écolo

04:00 Écrit par Bernard dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |