05/12/2014

L'art de flanquer la frousse

Histoires singulières.jpg

L’écrivain Jean Muno, de son vrai nom Robert Burniaux – il était le fils d’un autre homme de lettres de grand talent, injustement oublié : Constant Burniaux [1] –, est né en 1924 et mort en 1988 à Bruxelles. Romancier, nouvelliste et essayiste, il fut également enseignant à l'Athénée royal de Gand puis à l'École normale Charles Buls à Bruxelles où il fit toute sa carrière.

Son remarquable recueil de dix nouvelles, intitulé Histoires singulières et que les Éditions Espace Nord à Bruxelles ont eu l’excellente idée de faire reparaître ces jours-ci, a obtenu le prix Rossel en 1979.

Jouant sur les différentes facettes du fantastique, Jean Muno y aborde successivement des thèmes classiques (les revenants, la peur, la dépossession de soi, la folie, l’altérité, le vampirisme, la mort…) avec une maestria formidable dans des récits faisant éclore l'insolite au sein du quotidien le plus convenu et où l’on trouve une goule qui se noie, un gant vivant érotisé, une digue qui s'efface, un historien buveur de sang, un ancien condisciple rondouillard revenu de la mort pour dénoncer son propre assassinat, un majordome qui singe à outrance le défunt maître de maison, une gélatine inconnue où se baigne nu le voisinage...

Car, pour l’auteur, « le monde est peuplé de crimes inaccomplis, infiniment recommencés, fantômes sans repos qui errent dans les replis de la solitude, dans la mémoire aigrie des vieilles gens, parmi les ruines, les criaillements livides des corneilles, au fond des gouffres que survolent silencieusement les rapaces. Histoires crochues, histoires vampires. »

Ajoutons que la technique du récit est parfaitement maîtrisée, que l’humour et l’ironie sont omniprésents, que la langue française est bellement exploitée et que l’on frissonne délicieusement à chacune des pages de cette anthologie du genre si cher aux grands écrivains belges.

Un maître ouvrage !

Bernard DELCORD

Histoires singulières par Jean Muno, postface de Thomas Vandormael, Bruxelles, Éditions Espace Nord, novembre 2014, 233 pp. en noir et blanc au format 12 x 18,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,50 €


[1] 1892-1975. Il rédigea notamment plus de trente romans qui témoignent de sa maîtrise dans le court récit comme dans la narration de longue haleine. Certains d'entre eux ont pour thème son expérience d'instituteur dans une école du quartier populaire de la rue Haute à Bruxelles, où lui fut confiée, entre 1912 et 1924 avec interruption durant la Grande Guerre où il fut au cœur des combats, la charge d'une classe d'enfants handicapés mentaux, aux tendances caractérielles : La Bêtise, édité en 1925 chez Rieder à Paris, Crânes tondus (1930), et les récits de L'Aquarium (1933). Ils relatent sa vie quotidienne auprès d'enfants en difficulté, dont il brosse des portraits à la fois sensibles et tragiques. (Source : Académie royale de Belgique dont Constant Burniaux fut membre belge littéraire du 22 décembre 1945 au 9 février 1975.)

19:50 Écrit par Bernard dans Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.