25/05/2015

Le sens de « l’humort »…

Ça n'langage que moi.jpg

Ancien élève de Raoul Vaneigem à l'École normale de Nivelles, Jean-Pierre Verheggen a marché dans les pas de son maître en publiant moult ouvrages aux titres décapants, reflets de sa belgitude rigolarde affirmée, parmi lesquels Le degré Zorro de l'écriture (1978), Divan le Terrible (1979), Ninietzsche peu d’chien (1983), Artaud Rimbur (1990), Debord, les mous (1996), Opéré-bouffe (1996), Ridiculum vitae (2001), Sodome et Grammaire (2009) ou encore Un jour, je serai Prix Nobelge (2013) ont marqué les esprits et fait rire – souvent jaune – dans les doctes cénacles où trônent pompeusement tant de vaniteux sorbonnards, sorbonagres et autres sorbonnicoles...

En 2009, un choix de ses textes, réunis, portés à la scène et interprétés par son ami Jacques Bonnaffé a valu à ce dernier un Molière pour L'Oral et Hardi, sans que grand monde se soit aperçu qu’y étaient compilés les discours du maire de Champignac, l’élucubrant politicien local des aventures de Spirou et Fantasio quand elles étaient dessinées par Franquin...

Traitant du grand âge et de ses déboires, Jean-Pierre Verheggen nous revient ces jours-ci chez Gallimard avec un Ça n’langage que moi  où l'humour mène à « l'humort » et où la langue devient « langoisse », tant elle se focalise sur la menace du grand saut.

Car de quoi ci-gît-il ? On en fait de moins en moins, on moinsit… On trouille à mort, on angoisse à crever ! On s’écrie : “Lâge-moi les baskets !” On se dit qu’un monument “funérire” nous conviendrait.

En attendant, on prie pour les saints, en commençant par saint Doux, une crème d’homme… On se souvient que panem et circenses, à peine né, on est circoncis… On se régale d’une plie qui ne rompt pas, d’un gardon de café ou d’un homard m’a tuer. On s’écrie : “Faites l’amour, pas la gueule !” On demande : “Comment ça va, Jehova ? Comme j’te pousse ? ”

Et on perd souvent la tête, même si – comme dit Scutenaire – “personne ne nous la rapporte“.

Avant d’étouffer, totalement ”occis-gêné”…

Bernard DELCORD

Ça n'langage que moi par Jean-Pierre Verheggen, Paris, Éditions Gallimard, mai 2015, 119 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en bichromie, 13,90 € (prix France)

18:01 Écrit par Bernard dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.