20/04/2016

Archétype de l'écrivain libre...

Aymé Qui suis-je.jpg

Michel Lécureur a enseigné en primaire, collège et lycée avant de terminer sa carrière à l'université du Havre. Depuis 1985, il a publié des ouvrages de régionalisme ou des études littéraires. Dans le premier domaine, il s'est notamment intéressé aux Manoirs et Châteaux du Pays de Caux (Les Falaises, 2004), aux Normands pionniers du sport (Les Falaises, 2007), aux Corsaires et pirates de Normandie (Magellan, 2011).

Dans le second, il a édité les œuvres de Marcel Aymé (1902-1967) chez Gallimard, dans la Pléiade, en 2001. Co-fondateur de la Société des Amis de Marcel Aymé, qu’il a présidée pendant vingt ans, il a par conséquent dirigé la publication des Cahiers Marcel Aymé.

Il est aussi l'auteur de quatre biographies de référence : Marcel Aymé (Les Belles Lettres,1997), Raymond Queneau (Les Belles Lettres, 2002), René Fallet (Les Belles Lettres, 2005), Barbey d'Aurevilly (Fayard, 2008), et d'un essai sur Guy de Maupassant (Orep, 2009).

Il a également sorti, aux Éditions Pardès à Grez-sur-Loing, un savoureux et passionnant petit essai intitulé Aymé Qui suis-je ?, une synthèse biographique du meilleur aloi consacrée à l’un des plus grands et des plus inclassables écrivains français, dont les prises de position littéraires et politiques, à tout le moins libertaires si pas libertariennes, lui ont valu des haines pugnaces, en raison du fait qu’elles se fichaient de la bien-pensance et du politiquement correct comme un poisson d’une pomme.

C’est ainsi qu’au début de l’occupation allemande, Marcel Aymé fit paraître, en septembre et octobre 1940, quatre articles dans la version à l’esprit anticonformiste du journal Aujourd’hui alors dirigé par Henri Jeanson (un ancien du Canard enchaîné), publication qu’il quittera lors de l’éviction de Jeanson et son remplacement par le collaborationniste Georges Suarez en novembre de la même année.

Marcel Aymé avait proposé à Jeanson un article contre les mesures antisémites de Vichy, texte qui fut interdit par la censure allemande.

Notre auteur donna alors trois articles aux Temps nouveaux, dirigés par le sulfureux Jean Luchaire, dans lesquels il s’opposa notamment à la fermeture des Écoles normales, mesure emblématique du régime de Vichy.

Entre 1942 et 1943, Marcel Aymé publia cinq articles dans les colonnes de Je suis partout, l’organe de Doriot et Brasillach, des papiers consacrés à des peintres de ses amis (Chas Laborde, Paul Bourg, Ralph Soupault et Jodelet) où il éreinte au passage les crédos des publicistes collaborationnistes Lucien Rebatet et Pierre-Antoine Cousteau, deux piliers centraux de… Je suis partout !

À la même époque, Marcel Aymé prêta son appartement montmartrois pour des réunions du réseau de résistance communiste de Frédéric Joliot-Curie (1900-1958), prix Nobel de chimie en 1935.

Interrogé en 1944 par le journal ultra-collaborationniste La Gerbe sur les bombardements alliés dénoncés notamment par Philippe Henriot, ministre de la Propagande de Pétain, notre écrivain déclare sans ciller que ceux-ci obéissent aux lois de la guerre.

En 1945, Marcel Aymé fit circuler une pétition auprès des gens de lettres pour obtenir la grâce de Robert Brasillach, condamné à mort à l’issue d’un procès impensable aujourd’hui, au cours duquel le procureur Marcel Reboul n’avait eu de cesse de dénoncer l’homosexualité de l’accusé, en plus de sa trahison.

Ce dernier fut tout de même exécuté, après un refus de grâce de Charles de Gaulle contre qui Marcel Aymé garda désormais une dent – particulièrement dure – ainsi que contre la magistrature qu’il éreinta joyeusement dans La Tête des autres en 1952.

Après la Seconde Guerre mondiale, Marcel Aymé, qui avait voyagé aux États-Unis, afficha un antiaméricanisme constant, en raison du matérialisme et de la ségrégation des Noirs qui sévissaient dans la patrie de l’Oncle Sam.

Il soutint aussi Louis-Ferdinand Céline dans les pages du Libertaire, préconisa le retrait de la France de l’OTAN et défendit la cause de l’Algérie algérienne dans L’Esprit public, revue partisane de l’Algérie française.

En 1950, on lui proposa d’être candidat à la Légion d’honneur et de recevoir par conséquent une invitation à la Présidence de la République, offre qu’il déclina en expliquant plus tard dans Le Crapouillot que s’il avait eu à motiver sa décision, il aurait suggéré aux très hauts personnages qui lui faisaient cette demande « qu’ils voulussent bien, leur Légion d’honneur, se la carrer dans le train, comme aussi leurs plaisirs élyséens. »

Voici la présentation que Michel Lécureur donne de son excellent livre :

« Dès le prix Renaudot de 1929, obtenu pour La-Table-aux-Crevés, Marcel Aymé a connu la célébrité. Dès lors, il s'est affirmé comme romancier avec des réussites aussi éclatantes que La Jument verte (1933), Le Moulin de la Sourdine (1936) ou La Vouivre (1943). Sa trilogie composée de Travelingue (1941), Le Chemin des écoliers (1946) et Uranus (1948) est fréquemment citée par les historiens pour évoquer l'histoire de la France avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Parallèlement à cette production romanesque, Marcel Aymé a publié plusieurs recueils de nouvelles, comme Le Nain (1934), Derrière chez Martin (1938) ou Le Passe-Muraille (1943). Dans le domaine des histoires brèves, il a connu un succès exceptionnel avec Les Contes du chat perché (1934-1946).

Ce Marcel Aymé Qui suis-je ? montre qu'il s'est également révélé comme un journaliste de talent dont on a sollicité les articles les plus divers dans différents journaux et revues. Cependant, son désir le plus cher était probablement de devenir auteur dramatique et il a atteint cet objectif avec des pièces comme Lucienne et le boucher (1948), Clérambard (1950) et La Tête des autres (1952).

Observateur lucide de la nature humaine, il a confié ses réflexions dans toute son œuvre et, en particulier, dans Le Confort intellectuel (1949). Son goût peu commun pour la liberté de penser et de s'exprimer lui attire encore l'opprobre de certains qui le connaissent mal, car son humanisme et son humour restent à découvrir. »

Soulignons encore que l’ouvrage de Michel Lécureur fournit une bibliographie et une filmographie très complètes.

Car Marcel Aymé fut aussi le scénariste, l’adaptateur et/ou le dialoguiste de nombreux films, dont certains sont restés cultes, comme La Traversée de Paris (1956) avec Jean Gabin, Bourvil et Louis de Funès ou La Jument verte (1959) avec Bourvil, Yves Robert et Francis Blanche.

Un homme formidable, donc…

Bernard DELCORD

Aymé Qui suis-je ? par Michel Lécureur, Grez-sur-Loing, Éditions Pardès, collection « Qui suis-je ? », février 2016, 128 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 € (prix France)

14:52 Écrit par Bernard dans Récits de vie, Références | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.