07/05/2016

« Il y a plus de noblesse dans un chou fraîchement cueilli que dans un homard surgelé. » (Guy Savoy)

Les recettes drôles et savoureuses de Papa.jpg

Benjamin Buhot, célèbre papa blogueur (TilltheCat), travaille pour plusieurs médias et est régulièrement interviewé sur les sujets liés à la paternité. Il a publié chez Larousse Le journal de moi Papa, paru en avril 2015.

Il revient sur la scène éditoriale dans la même maison avec Les recettes drôles et savoureuses de Papa, une compilation, préfacée par Laurence Boccolini, de 50 préparations culinaires classiques présentées sur un mode quelque peu déjanté : les roulés au chorizo, les gougères, les mini-croissants, les tuiles aux amandes, la pizza “The Cat”, le country burger, les carbonnades de bœuf, les rillettes au thon, le poulet au curry, la terrine de foies de volaille, le croque-monsieur, le gratin de pommes de terre, le clafoutis de courgettes, les beignets de légumes, le cheesecake, le pudding, les financiers, les churros, les meringues, les gaufres…

Sans oublier les pâtes à pain, à tarte, à buns, sablées… et quelques recettes de sauces.

Pour cuisiniers débutants !

Bernard DELCORD

Les recettes drôles et savoureuses de Papa par Benjamin Buhot, préface de Laurence Boccolini, Paris, Éditions Larousse, avril 2016, 144 pp. en quadrichromie au format 16,7 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 9,95 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil la recette explosive suivante :

La tarte au maroilles qui déglingue les narines

Mes voisins du dessus sont des gens très agréables, qui savent bien vivre, qui aiment les bonnes choses et qui profitent de la vie.

Quand je dis « mes voisins du dessus », il faut comprendre géographiquement parlant. Les gens du Nord, quoi, les Ch'tis. Ceux qui ont dans le cœur le soleil qu'ils n'ont pas dehors, tout ça…

Je disais donc qu'ils savent apprécier les bonnes choses et je dois ajouter qu'ils sont incroyablement courageux aussi. Car, oui, IL EN FAUT DU COURAGE POUR S'ATTAQUER AU MAROILLES et l'utiliser dans des recettes de cuisine. Ce fromage sent plus fort que toutes les odeurs de chaussettes sales réunies, depuis l'invention des chaussettes, dans une seule fragrance. Et, le pire, c'est qu'ils ont eu terriblement raison parce que la tarte au maroilles ne déglingue pas que les narines !

Préparation : 20 minutes

Repos : 1 heure

Cuisson : 20 à 25 minutes

Ingrédients :

200 à 300 g de maroilles

130 g de farine de biloute (ou de blé, si vous n’avez que ça)

4 g de levure de boulanger de type Briochin®

2 cuillers à café de lait eud’ vache

1 œuf eud 'poule

20 g de beurre fondu

1 g rosse pincée de sel eud’ mer

1 petite pincée de sucre eud’… (bon, ok, j’arrête mon imitation d’accent du Nord, c’est ridicule)

15 cl de crème fraîche semi-épaisse

Poivre

Matériel spécial :

I masque de plongée

1 paire de gants en latex

Recette :

Mélanger la farine et la levure dans un saladier, puis faire un puits (pas dans le jardin, hein, dans la farine).

Ajouter le lait et l’œuf, puis commencer à mélanger à la main.

Ajouter le beurre fondu tout en continuant à mélanger.

Pétrir la pâte pendant quelques minutes, puis ajouter le sel et le sucre en chantant « Au Nord, c’était les corons, au Nord, c’était le charbon ». Essuyer une larme.

Abaisser la pâte au rouleau ou à la main et la déposer dans le moule à tarte. (Si vous êtes champion du monde d’apnée, sauter la prochaine étape et prendre une grande inspiration.)

S’équiper du masque de plongée et des gants en latex avant de sortir le maroilles du frigo.

Couper des tranches de maroilles en conservant une partie de la croûte. (Vous vous séparerez du talon en prenant soin de le jeter dans la poubelle du voisin.) Déposer les tranches sur la pâte et ajouter la crème fraîche sur le dessus. Poivrez.

Prévenir le reste de la famille qu’il n’y a pas d’animal mort dans la maison et que l’odeur est normale. Laisser la pâte lever « tranquillou-biloute » pendant au moins une heure à température ambiante (au minimum 20°C).

Laisser cuire au four à 200°C pendant environ 20 minutes. Surveiller la fin de la cuisson.

Conseil du chef :

Si vous avez du papier peint à décoller, profitez-en pour souffler dessus après dégustation.

20:15 Écrit par Bernard dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.