05/04/2017

« Je n'invente rien, je redécouvre. » (Auguste Rodin)

Rodin – L'invention permanente.jpg

Auguste Rodin (1840-1917) est considéré comme le père de la sculpture moderne.

A l’occasion du centenaire de sa mort, la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et le musée Rodin à Paris présentent jusqu’au 31 juillet 2017 « Rodin. L'exposition du centenaire » où l’on peut voir ses plus grands chefs-d'œuvre (Le Penseur, Le Baiser, Les Bourgeois de Calais…)

Le parcours retrace les rêves et les gloires de ce poète de la passion, maître incontesté et monstre sacré. Entre scandales et coups d’éclat, il révolutionne la création artistique avant Braque, Picasso ou Matisse, et la fait à jamais basculer dans la modernité.

L’exposition revient enfin sur son extraordinaire postérité auprès de générations d’artistes, de Carpeaux à Richier, en passant par Bourdelle, Claudel, Brancusi ou Picasso, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie. [1]

Parallèlement, les Éditions Gallimard et celles de la Réunion des Musées nationaux – Grand Palais ont publié, dans la fameuse collection « Découvertes Gallimard », rédigé par Catherine Chevillot [2], un bien joli petit livre-objet intitulé Rodin – L'invention permanente qui va à l’essentiel avec un texte limpide et des photographies qui se déplient pour comparer les œuvres de Rodin à celles de ses épigones.

Les Bourgeois de Calais au Musée de Mariemont (Belgique).jpg

Les Bourgeois de Calais au Musée de Mariemont (Belgique)

Écoutons l’auteure :

« Géant de la sculpture moderne, dont Le Penseur et Le Baiser sont des icônes, Auguste Rodin a tout osé : assemblage de formes préexistantes, utilisation de l'"accident", figures partielles, collages, dessin très libre, travail sur la photographie...

(…)

Des générations d'artistes ont redécouvert un Rodin moderne, insolite, expérimental.

De sa sensibilité esthétique est issue une sculpture dont le naturalisme expressif conserve un attachement à la figure humaine : visages ardents, expressions exacerbées, épidermes frémissants, corps où la chair palpite.

Rodin reste le "maître inépuisable". »

Et incontestable !

Bernard DELCORD

Rodin – L'invention permanente par Catherine Chevillot, Paris, Éditions Gallimard & Rmn-Grand Palais, collection « Découvertes Gallimard », mars 2017, 32 pp. en quadrichromie au format 12,4 x 17,6 cm sous couverture Integra en couleurs, 9,20 € (prix France)

Informations pratiques :

GRAND PALAIS, GALERIES NATIONALES

3, avenue du Général Eisenhower

F-75008 Paris

Serveur vocal : 00 33 (0)1 44 13 17 17

ENTRÉE DU PUBLIC

Entrée Clemenceau, place Clemenceau, 75008 Paris

Entrée Square Jean Perrin, Champs-Élysées, avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris

Entrée Winston Churchill, avenue Winston Churchill, 75008 Paris

ACCÈS DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

Avenue du Général Eisenhower – Porte B

HORAIRES

Jusqu’au 31 juillet 2017

Tous les jours de 10 heures à 20 heures

Nocturne le mercredi, le vendredi et le samedi de 10 heures à 22 heures

Fermé le mardi

Fermé le lundi 1er mai et le vendredi 14 juillet

L’exposition participe à la Nuit européenne des musées le 20 mai : entrée gratuite de 20 heures à minuit

Dernier accès à l’exposition : 45 minutes avant la fermeture

Fermeture des salles : à partir de 15 minutes avant la fermeture

TARIFS

Plein tarif : 13 €

Tarif réduit : 9 €

Tarif tribu (4 personnes dont 2 jeunes entre 16 et 25 ans) : 35 €

 

[1] Source : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/rodin-lexposition-...

[2] Conservateur du patrimoine depuis 1987, Catherine Chevillot a été successivement adjointe au directeur du musée de Grenoble (1988-1990), conservateur au musée d’Orsay (section sculptures, 1990-1996), chef de la filière Sculpture au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (1999-2003), chef du service de la recherche du musée d’Orsay (2003-2008), conservateur en chef au musée d’Orsay pour la Sculpture (2008-2012). Elle dirige le musée Rodin depuis 2012, et a conduit une très importante campagne de rénovation de l’hôtel Biron, qui présente les collections léguées par Rodin à l’État français en 1916. Docteur en histoire de l’art, elle a soutenu en 2013 (Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense) une thèse intitulée « Paris, creuset pour la sculpture (1900-1914) ». (https://www.franceculture.fr/personne-catherine-chevillot...)

19:43 Écrit par Bernard dans Arts, Expositions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.