19/11/2017

Foires d'empoigne...

Théâtre (Yasmina Reza) .jpg

Fille d'un ingénieur iranien et d’une violoniste juive de Hongrie arrivée en France pour fuir la dictature soviétique, la femme de lettres française Yasmina Reza (°1959) a étudié le théâtre et la sociologie à l'université de Nanterre.

Sa production est très variée (théâtre, romans, scénarios) et sa pièce Art (1994) est une réussite internationale qui l’a fait connaître du grand public. Ses œuvres, adaptées dans plus de trente-cinq langues, ont reçu de nombreux prix, dont des prix anglo-saxons prestigieux : deux Tony Awards et deux Laurence Olivier Awards. En novembre 2016, elle a obtenu le prix Renaudot pour son roman Babylone.

Sous le titre Théâtre, les Éditions Gallimard ont rassemblé dans la collection « Folio » quatre de ses pièces les plus emblématiques, à savoir Trois versions de la vie (2001), Une pièce espagnole (2004), Le dieu du carnage (2006) et Comment vous racontez la partie (2011).

Trois versions de la vie est divisée en trois parties qui racontent la même soirée : Henri est astrophysicien, sa femme Sonia était avocate et elle travaille pour un groupe financier. Henri veut publier un article sur la matière noire des galaxies, et a besoin du soutien de Hubert Finidori, son supérieur. Celui-ci arrive dans la soirée en compagnie de sa femme Inès, et un apéritif dînatoire est organisé, ponctué par les caprices du fils de Henri qui veut manger au lit. La conversation variera entre les relations professionnelles et les aspects personnels. Chaque version raconte la même histoire et présente avec les deux autres de nombreux points communs qui relèvent de l'anecdotique, mais font office de ciment. Cependant, de grandes variations se font jour, notamment sur le fil des événements, le comportement des personnages et leurs relations.

Dans Une pièce espagnole, cinq acteurs répètent une comédie : une réunion de famille au cours de laquelle une mère présente à ses deux filles et à son gendre le nouvel homme de sa vie, un veuf, gérant d'immeuble...

Dans Le dieu du carnage, deux couples, les Houillié et les Reille, se rencontrent suite à une bagarre entre leurs fils Bruno et Ferdinand. Parce que son fils Bruno a été blessé par Ferdinand, Véronique Houillé veut parler aux Reille et demande que Ferdinand s’excuse. Mais les avis divergent, qu’il s’agisse de déterminer qui est le coupable de cette bagarre ou de savoir si cette rencontre a un sens [1]. Émergent alors d’autres sources de conflits qui n’ont pas toujours de raison d’être ni de sens. La pièce a été adaptée au cinéma par Roman Polanski en 2011 sous le titre Carnage.

Dans Comment vous racontez la partie, la romancière Nathalie Oppenheim est invitée à l'« espace polyvalent » de Vilan-en-Volène pour parler de son dernier livre. Elle doit faire face à la journaliste Rosanna Artel-Keval dans un débat supervisé par Roland Boulanger (un auteur de poèmes) qui essaie de calmer le jeu. En effet, Nathalie met de la mauvaise volonté à répondre aux questions de Rosanna qui s'en agace. Plus tard, on retrouve ces trois personnages lors d’une réception à la mairie de Vilan-en-Volène où ils sont rejoints par le maire de l'endroit [2].

Des huis clos et des imbroglios très sartriens…

Bernard DELCORD

Théâtre (Trois versions de la vie – Une pièce espagnole – Le dieu du carnage – Comment vous racontez la partie) par Yasmina Reza, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio », septembre 2017, 417 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 7,20 € (prix France)

[1] http://www.weblettres.net/blogs/uploads/a/ABF/43889.pdf

[2] Source générale : Wikipédia.

14:32 Écrit par Bernard dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.