31/01/2018

Amours interdites...

Tina par Christian Laborde.jpg

« De Claude Nougaro, son ami, auquel il a consacré des livres filiaux, l’intranquille et réfractaire Christian Laborde [1] a hérité l’art de jongler avec les mots, la fibre jazzy, le physique de boxeur et l’accent tonique du Sud-Ouest. Même quand il râle, fulmine et part en guerre, on dirait qu’il chante, danse et s’esclaffe », a écrit Jérôme Garcin dans L’Obs.

Il a fait paraître Tina aux Éditions du Rocher à Monaco, un roman engagé et percutant sur les ignominies de l’épuration sauvage en France au sortir de la Seconde Guerre mondiale, quand une vile populace, parfois sur de simples présomptions et assez souvent sur des dénonciations anonymes nourries de rancune, de jalousie, voire de duplicité – par exemple pour cacher la lâcheté ou la trahison collaborationniste des corbeaux qui les rédigeaient –, se livra à des meurtres sans jugement, à des brutalités odieuses et à la tonte infamante de femmes accusées, à tort ou à raison, de « collaboration horizontale » avec l’occupant allemand.

Léontine, dite Tine et plus tard Tina, son héroïne à la chevelure comme des larmes de feu, est une jeune fille sensuelle et ardente qui a aimé un officier allemand et que la délation contraint à quitter sa campagne pour se réfugier dans un couvent de bonnes sœurs à Toulouse.

Celles-ci l’aideront à échapper à la vindicte des « justiciers », à entamer une nouvelle vie et – qui sait ? –, à retrouver l’amour.

À moins que…

Rédigé dans une langue robuste et belle, ce texte prenant est aussi le prétexte à découvrir la Ville rose dans son essence la plus authentique et à faire entendre les mélodies et les chansons qui y étaient en vogue durant ces années noires.

Car, comme l’écrit l’éditeur :

« Tina est un roman sentimental, érotique, poétique, un roman où se mêlent la musique des mots et celle du Grand Orchestre swing et musette de Renato Hiès. »

Bernard DELCORD

Tina par Christian Laborde, Monaco, Éditions du Rocher, janvier 2018, 128 pp. en noir et blanc au format 14,1 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 14,90 € (prix France)

[1] Auteur du roman culte – et censuré avant de connaître le triomphe – L'Os de Dionysos (1987), Christian Laborde (°1955) est un écrivain français, poète, pamphlétaire (Il a collaboré à L'Idiot international de Jean-Edern Hallier, une belle référence) et chroniqueur à La Nouvelle République des Pyrénées, « journal le plus lu par les ours », dit-il.

21:19 Écrit par Bernard dans Romans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.