07/02/2018

Festival de vacheries…

À la fin de l'envoi, je touche.jpg

Chroniqueur, essayiste, fasciné par la richesse de la langue française, Olivier Clodong aime traquer les bons mots, les traits d'esprit et les répliques qui font mouche. Il leur a consacré plusieurs livres, dont Et toc ! (Fayard, 2015).

Il a fait paraître à Paris, aux Éditions J’ai Lu dans la collection « Librio », un petit ouvrage caustique intitulé « À la fin de l'envoi, je touche ! » – Histoire, cinéma, politique, littérature - Les répliques qui tuent dans lequel sont rassemblées de nombreuses estocades hilarantes.

Court florilège :

De Georges Clemenceau sur Paul Deschanel : « Il a un bel avenir derrière lui… »

Du même, à propos du décès de Félix Faure : « En entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui ».

De Winston Churchill sur son rival travailliste Clement Atlee : « C’est un homme modeste qui a de nombreuses raisons de l’être ».

De François Mitterrand sur Margaret Thatcher : « Elle a les lèvres de Marylin, les yeux de Caligula ».

De Jacques Chirac : « Sarkozy, il faut marcher dessus. Et du pied gauche, ça porte bonheur ».

En 1796, Mme de Staël sollicite l’avis de Rivarol : « Que pensez-vous de mon livre ? » [1] Réponse : « Je fais comme vous, Madame, je ne pense pas ».

De Louis Scutenaire, poète surréaliste belge : « Saint-John Perse, mais il y a mis le temps ! »

De Rodin à Picasso qui lui propose une de ses toiles : « Commencez par signer, que je sache dans quel sens ça se regarde… »

D’une admiratrice à l’écrivain Paul Morand « Vous souvenez-vous, Cher maître, des cerises que nous avons cueillies ensemble il y a quatre ans ? » Réponse : « Oui, je me souviens parfaitement des cerises… »

Ou encore de Jean Cocteau, à propos d’un dîner en ville : « Tout était froid, sauf le champagne ».

Une vaste compilation assassine !

Bernard DELCORD

« À la fin de l'envoi, je touche ! » – Histoire, cinéma, politique, littérature - Les répliques qui tuent par Olivier Clodong, Paris, Éditions J’ai Lu, collection « Librio », novembre 2017, 91 pp. en noir et blanc au format 13 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 5 € (prix France)

[1] De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations.

20:23 Écrit par Bernard | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.