28/01/2017

« La révolution russe, c'est la révolution française qui arrive en retard, à cause du froid. » (Salvador Dali)

Tintin au pays des Soviets.jpg

Tintin au pays des Soviets (titre complet sur la couverture : Les Aventures de Tintin, reporter du « Petit Vingtième », au pays des Soviets) est le premier album de la série de bande dessinée Les Aventures de Tintin, créée par Hergé (1907-1983).

Alors responsable du Petit Vingtième, le supplément jeunesse du journal belge Le Vingtième Siècle, Hergé reçoit, de son rédacteur en chef l'abbé Norbert Wallez, la commande d'une bande dessinée dont le héros ferait un reportage en URSS. L'abbé fournit à Hergé le pamphlet Moscou sans voilesNeuf ans de travail au pays des Soviets publié en 1928 par Joseph Douillet (1878-1954), ambassadeur de Belgique en Russie [1], dont l'auteur s'inspire très fortement, ce qui fait de cette aventure une critique particulièrement virulente du régime communiste.

Moscou sans voiles.jpg

Hergé considère cette œuvre comme une « erreur de jeunesse ». En effet, il fait preuve d'inconstance dans le caractère des personnages et dans le ton anticommuniste, mais il introduit néanmoins l'usage exclusif du dessin et des phylactères dans la bande dessinée européenne, comme Alain Saint-Ogan avant lui, et il montre un réel talent pour représenter le mouvement et le son. Outre la première apparition des célèbres personnages Tintin et Milou, plusieurs moments de l'album sont passés à la postérité, par exemple la scène de la manipulation des élections.

L’histoire est prépubliée dans Le Petit Vingtième du 10 janvier 1929 au 8 mai 1930, puis paraît en album en septembre 1930. Elle est également publiée dans le magazine français Cœurs vaillants à partir d'octobre 1930. Rapidement introuvable en librairie et victime de la contrefaçon sur le marché noir, l'album n'est réédité par les éditions Casterman qu'en 1973, au sein des Archives Hergé. Jamais redessinée par les Studios Hergé, cette histoire reste dans son format original, en noir et blanc, jusqu'en 2017 [2], quand les éditions Casterman et la société Moulinsart SA, chargée de l’exploitation commerciale de l’œuvre d’Hergé, en publient une version colorisée [3].

La mise en couleurs amplifie la lisibilité du récit, la clarté des dessins et surprend par sa modernité, comme s'il s'agissait d'un nouvel album. Elle a été confiée dans le cadre des Studios Hergé à Michel Bareau, assisté de Nadège Rombaux [4].

Bien que cette publication se fonde sur des motifs purement commerciaux, le filon des aventures de Tintin et Milou s’épuisant, et qu’elle s’apparente fortement à un raclage de fonds de tiroir, force est de constater qu’elle constitue une belle réussite graphique…

Bernard DELCORD

Tintin au pays des Soviets par Hergé, Bruxelles, Éditions Casterman-Moulinsart, janvier 2017, 137 pp. en noir et blanc au format 22,6 x 30,4 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,95 €

 

[1] Douillet lived in Russia from 1891 to 1926. He served as the Belgian consul in Rostov-on-Don. It has been said that he "had spent so long in the country that he was almost more Russian than Belgian." In 1925 he was arrested in the USSR and was imprisoned for nine months before being expelled from the country.

In 1928 he published a book Moscou sans Voiles Neuf ans de travail au pays des Soviets, which condemned the Bolshevik regime. Among the charges recorded in the book are that the Soviet government created false factories to deceive foreign visitors. "The first part of Douillet's book was called: 'How the red paradise is portrayed', and is full of examples of how foreign visitors are deceived.

Another part of the book recorded how one Oebijkon coerced people into assenting for Communist rule during an election. "We see the communist comrade Oebijkon (who is resigning from the presidency) delivering a speech. This is what he says: 'We have three lists: one of these comes from the communist party. Let anyone who is against this list raise their hand!' At the same moment Oebijkon and four of his comrades pull their revolvers and direct them menacingly at the peasant audience. Oebijkon continued: 'Who votes against this list? No one? Then I declare that anyone voted for the communist list. There is no need to vote for the other two lists anymore.'" This episode would later be used in Tintin in the Land of the Soviets. (Source – en anglais uniquement : https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Douillet)

[2] Année du centenaire de la Révolution d’Octobre.

[3] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tintin_au_pays_des_Soviets

[4] Source : http://www.decitre.fr/livres/les-aventures-de-tintin-tint...

15:17 Écrit par Bernard dans Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2016

« Tintin ? Mon unique rival... » (Charles de Gaulle)

Hergé, Tintin & compagnie .jpg

Coédité par les maisons Gallimard et Moulinsart dans la collection « Découvertes Gallimard » à l'occasion de l'exposition “ Hergé » présentée aux Galeries nationales du Grand Palais à Paris jusqu'au 15 janvier 2017 en collaboration avec le Musée Hergé à Louvain-la-Neuve, le petit ouvrage fort joliment illustré de Dominique Maricq intitulé Hergé, Tintin & compagnie constitue une galerie de portraits des principaux personnages des aventures du jeune reporter créé en 1929 par le dessinateur Georges Remi, alias Hergé, père de la fameuse ligne claire belge qui fit les grandes heures et les grandes œuvres de la bande dessinée belge.

On y trouve donc la présentation et le pédigrée de Tintin, de Milou, du capitaine Haddock, du professeur Tournesol, de Dupont et Dupond, de Bianca Castafiore, de Tchang, du bandit Rastapopoulos, mais aussi du domestique Nestor, de l'agent soviétique Boustringovitch, du sorcier congolais Muganga, du gangster Al Capone, de l'égyptologue Philémon Siclone, du Chinois Wang Jen-Ghié, le général Alcazar et son épouse Peggy, l'explorateur Ridgewell, le marchand d'armes Basil Bazaroff, du docteur Müller, d'Abdallah, de la voyante Madame Yamilah, du petit Indien Zorrino, de l'ingénieur nucléaire Frank Wolff, du courtier d'assurances Séraphin Lampion, du boucher Sanzot, du sherpa Tharkey, du pianiste Igor Wagner et du milliardaire Laszlo Carreidas.

Une fameuse brochette d'échantillons humains de tout poil !

Bernard DELCORD

Hergé, Tintin & compagnie par Dominique Maricq, Paris, Éditions Gallimard et Éditions Moulinsart, hors-série de la collection « Découvertes Gallimard », septembre 2016, 64 pp. en quadrichromie au format 12,5 x 17,5 cm sous couverture Intégra en couleurs, 9,20 € (prix France)

Informations pratiques :

Hergé, Tintin & compagnie (affiche).jpg

GRAND PALAIS, GALERIES NATIONALES

3, avenue du Général Eisenhower

75008 Paris

Serveur vocal : 00 33 (0)1 44 13 17 17

Entrée du public :

Galeries nationales

Entrée Clemenceau, place Clemenceau, Paris 8e

Entrée Square Jean Perrin, Champs-Élysées, avenue du Général Eisenhower, Paris 8e

Entrée Winston Churchill, avenue Winston Churchill, Paris 8e

Accès des personnes à mobilité réduite :

Avenue du Général Eisenhower – Porte B - pour les expositions situées dans les Galeries Nationales

Des places de stationnement pour personnes handicapées, sous réserve de disponibilité, sont situées dans l'avenue du Général Eisenhower devant le square Jean Perrin.

Une salle de l’exposition Hergé n’est pas accessible aux personnes en fauteuil roulant (salle accessible uniquement par 11 marches)

Horaires :

Jusqu'au 15 janvier 2017

Hors vacances scolaires : tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 20h et en nocturne jusqu’à 22h le mercredi

Vacances scolaires (du 18 décembre 2016 au 2 janvier 2017) : samedi, dimanche, lundi de 10h à 20h

Nocturnes les mercredis, jeudis et vendredis jusqu’à 22h

Fermetures anticipées à 18h les samedis 24 et 31 décembre

Fermé le mardi

Fermé le 25 décembre

Tarifs :

Normal : 13 €

Réduit : 9 €

Tribu (4 personnes dont 2 jeunes 16-25 ans) : 35 €

Conformément au plan Vigipirate niveau alerte attentats et vigilance renforcée, et afin d'assurer la sécurité des visiteurs, le Grand Palais applique les mesures préventives décidées par le gouvernement pour les administrations publiques. Le Grand Palais est ouvert dans les conditions habituelles mais l'accès est interdit à toutes les valises, sacs de voyages et sacs à dos de taille supérieure au format A3.

11/08/2016

Agapes à la Buster Keaton…

Manger, quelle aventure (cover).jpg

On connaît surtout Quino pour le personnage de Mafalda, célèbre à travers le monde. Mais le talent du génial auteur argentin ne s'arrête pas là.

Illustrateur pour la presse internationale, il a également mis sa plume et son pinceau à contribution pour croquer l'absurdité du monde et dresser le portrait acide de notre quotidien.

Paru chez Glénat à Grenoble, Manger, quelle aventure ! est un recueil inédit centré autour de la table et du repas, et on y trouve de fins gourmets, des repas somptueux, des tables dressées avec raffinement, mais aussi des serveurs maladroits, des clients exigeants, des chefs presque étoilés, des manifestants affamés…

En strips ou en illustrations pleine-page comme celle que nous reproduisons ci-dessous, on retrouve dans cet album toute la sensibilité, la poésie et la tendre insolence de ce maître du dessin d'humour, pour un thème on ne peut plus universel.

Bernard DELCORD

Manger, quelle aventure ! par Quino, Grenoble, Éditions Glénat, juin 2016, 104 pp. en noir et blanc au format 18,5 x 26 cm sous couverture Intégra en couleurs, 12,75 € (prix France)

 

Manger, quelle aventure (dessin).jpg

21:08 Écrit par Bernard dans Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/06/2016

« Un crime peut être une œuvre d'art, et un détective un artiste. » (Agatha Christie)

Jean Valhardi, l’intégrale 2.jpg

Le volumineux album intitulé Jean Valhardi, l’intégrale 2, 1946-1950 sorti aux Éditions Dupuis à Marcinelle rassemble dans leur intégralité les 199 planches des aventures du détective pour les compagnies d’assurance Jean Valhardi qu'Eddy Paape dessina entre 1946 et 1950, après que Jijé lui eut confié la série.

Alors débutant, Eddy Paape (1920-2012, connu aussi pour les séries Marc Dacier et Luc Orient) réussit pourtant à fédérer autour de lui les fans du personnage qui, depuis sa création en 1941, l'avaient élevé au rang de vedette du Journal de Spirou, et le scénariste Jean Doisy (1900-1955) continua de lui imaginer des histoires pleines de rebondissements, avant de passer le relais au très jeune Yvan Delporte (1928-2007), futur rédacteur en chef du journal et scénariste pour Peyo, Franquin, Will, Roba, Jannin ou encore Carine De Brab.

Ce deuxième volume réunit Sur le rail (1946, inédit en album), Jean Valhardi et les Rubens (1946-1947), Diamants artificiels (1947), Valhardi détective (1947-1949), Le roc du diable (1949) et À la poursuite de Max Clair (1949-1950).

Ces pages sont introduites par un dossier remarquablement documenté réalisé par Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, auteurs de La véritable histoire de Spirou.

Bernard DELCORD

Jean Valhardi, l’intégrale 2, 1946-1950 par Jean Doisy, Eddy Paape et Yvan Delporte, Marcinelle, Éditions Dupuis, juin 2016, 288 pp. en quadrichromie, au format 22 x 30 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 35 €

21:28 Écrit par Bernard dans Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/06/2016

Une étoile filante de la peinture et de la sculpture…

Capa – L'étoile filante.jpg

Robert Capa – pseudonyme d’Endre Ernő Friedmann –, né le 22 octobre 1913 à Budapest et mort le 25 mai 1954 en Indochine, est un photographe et correspondant de guerre juif hongrois, naturalisé américain.

Il a couvert les plus grands conflits de son époque et est, en 1947, l'un des fondateurs de la coopérative photographique Magnum, première de ce genre à voir le jour.

En 1933, il quitte l’Allemagne où il avait émigré en 1931 pour s’établir à Vienne puis en France à l’automne 1934. À Paris, il fait la rencontre de Gerta Pohorylle, dite Gerda Taro, née en 1910 à Stuttgart, une étudiante allemande antifasciste d'origine polonaise qui devient elle aussi photographe, et sa maîtresse en 1935.

Ses photos se vendent très mal et ils connaissent la misère jusqu’en 1936, quand Gerda échafaude un subterfuge en forgeant la légende d’un photographe américain., elle lui fait prendre un pseudonyme, celui de Robert Capa, qui sonne plus américain. Ils inventent tout un personnage autour de ce pseudonyme. Capa est américain, Capa est chic, Capa est riche, Capa est mondain.

C’est la célébrité. En août 1936, il part avec Gerda Taro comme envoyé spécial pour couvrir la Guerre civile espagnole aux côtés de troupes républicaines, pour les magazines Vu et Regard. Ses clichés font le tour du monde.

Alors que Robert Capa est de retour à Paris, Gerda Taro qui est restée en Espagne est écrasée accidentellement par un char républicain lors des combats de la bataille de Brunete. Elle meurt le 26 juin 1937, à l’âge de 26 ans, après une atroce agonie. Le jour de ses funérailles, les frères de Gerda s’en prirent violemment à Robert Capa, en lui reprochant de l’avoir entraînée vers la mort.

En 1938, il est envoyé par le magazine Life pour suivre la Seconde Guerre sino-japonaise (1937-1945). Le 3 décembre 1938, la revue de photographie anglaise Picture Post le proclame « le plus grand photographe de guerre du monde ».

Confronté aux lois françaises contre les « étrangers indésirables », il quitte Paris en octobre 1939 et émigre à New York où il est chargé par le magazine Colliers de couvrir le front d’Afrique du Nord en 1942, puis du débarquement des Alliés en Sicile. Le 6 juin 1944, toujours pour Life, il est le seul photographe présent lors du débarquement en Normandie, sur la plage d’Omaha Beach.

En décembre 1945, il suit l’actrice Ingrid Bergman à Hollywood, où il travaille comme photographe de mode et photographe de plateau. En 1948, il assiste à la naissance de l’État d’Israël. En 1954, le magazine Life a besoin d’un photographe pour couvrir la guerre d’Indochine. Se trouvant alors au Japon pour une exposition de Magnum, Robert Capa se porte volontaire. Ainsi, c’est aux côtés des troupes françaises qu’il parcourt le Viêt Nam, une partie de l'Indochine française de l'époque.

Le 25 mai 1954, au Tonkin, voulant prendre une photo d'ensemble d'un groupe de soldats français, il s’écarte du chemin où progresse la troupe et met le pied sur une mine antipersonnel. Il succombe rapidement à ses blessures [1].

Dans Capa – L’étoile filante paru chez Casterman à Bruxelles, le dessinateur français Florent Silloray dresse avec rectitude et talent le bilan d'une vie passée à couvrir les champs de bataille du monde entier.

Loin de l'image de tête brûlée qui a fait de lui une légende du photojournalisme, Robert Capa s’y raconte sans fard et dévoile la blessure – la mort de Gerda – qui a décidé de toute son existence.

De bien beaux dess(e)ins !

Bernard DELCORD

Capa – L'étoile filante par Florent Silloray, Bruxelles, Éditions Casterman, février 2016, 87 pp. en quadrichromie au format 24,4 x 32,2 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 17 €

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Capa

18:22 Écrit par Bernard dans Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/04/2016

Scouts du (tiers) monde…

La Patrouille des Castors, l'intégrale 7.jpg

La Patrouille des Castors, l’intégrale 7 parue aux Éditions Dupuis à Marcinelle reprend les albums suivants : L'empreinte (histoire courte), L'île du crabe, Blocus, Le calvaire du mort pendu et Les conseils de Tapir (récits parus dans Télémoustique n°3142 à 3156).

Seul aux commandes de La Patrouille des Castors le temps de deux albums, après le départ du scénariste Jean-Michel Charlier, MiTacq apporte un nouveau souffle à la série. Les cinq scouts inséparables vivent désormais des aventures dans lesquelles se révèlent les préoccupations humanitaires de leur auteur.

Ce virage amorcé dans le volume précédent s'intensifie dans les épisodes présentés dans cette intégrale. L'association de MiTacq avec Marc Wasterlain au scénario achève d'embarquer Poulain, Mouche, Chat, Faucon et Tapir vers des thématiques davantage en phase avec leur époque.

Avec la préface d'une soixantaine de pages écrite par Gilles Ratier et richement illustrée de dessins, crayonnés ou projets de couvertures issus des archives de l'auteur, cette intégrale propose une véritable relecture d'une des œuvres majeures du Journal de Spirou, créée il y a plus de 60 ans ![1]

Bernard DELCORD

La Patrouille des Castors, l’intégrale 7 par MiTacq et Wasterlain, Marcinelle, Éditions Dupuis, avril 2016, 264 pp. en quadrichromie au format 21,8 x 30 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 28 €

 

[1] Source : http://www.dupuis.com/la-patrouille-des-castors-l-integra...

17:34 Écrit par Bernard dans Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/03/2016

Ali, bou ma ye ! (Ali, tue-le !)

Chaos debout à Kinshasa.jpg

Sur un scénario du journaliste et écrivain belge Thierry Bellefroid, le bédéiste Barly Baruti, né en 1959 au Congo Belge, a dessiné un fort bel album dans lequel se mêlent les embrouilles, sur fond du fameux match de boxe dans la catégorie poids lourds qui, en 1974, à Kinshasa alors sous la coupe du dictateur Mobutu, opposa Mohamed Ali (né en 1942 dans le Kentucky, triple champion du monde entre 1964 et 1967, converti depuis 1965 à la religion mahométane [1], réfractaire de la guerre du Vietnam en 1967 et, pour ce fait, dépossédé de son titre et de sa licence de boxe, il fut rétabli dans ses droits en 1971 par la cour suprême américaine) au jeune George Foreman (né au Texas en 1949, champion olympique en 1968 et champion du monde professionnel WBA et WBC en 1973), deux athlètes noirs au sommet de leurs capacités.

En voici le pitch :

« 1974. Ernest, petit voyou de Harlem, navigue de combine en combine pour rembourser une dette à de dangereux malfaiteurs. Grâce à un concours organisé sur une radio privée, il gagne un voyage pour assister au "combat du siècle" entre Mohammed Ali et George Foreman, à Kinshasa ! Une aubaine pour Ernest qui va pouvoir se mettre au vert et renouer avec ses racines auprès de ses "frères africains". Mais il est loin d'imaginer dans quel état se trouve le Zaïre au plus fort de la guerre froide...

Dirigé d'une main de fer par le président-dictateur Mobutu, gangrené par la corruption, le pays est devenu un véritable nid d'espions et de politiciens véreux. Des individus sans scrupule qui n'ont rien à envier aux pires truands de Harlem... Dans ce roman graphique, les auteurs font découvrir des dessous d'un événement médiatique et historique. Ne se contentant pas de relater cet épisode connu de tous, ils en profitent pour éclairer sur le contexte de l'époque, imaginant comment la guerre froide s'est invitée dans cette page de l'histoire du sport...

Les dessous d'un combat de légende où tous les coups étaient permis… »

On se souviendra aussi que l’opinion zaïroise manipulée par le « Citoyen Président-Fondateur » (sic) considéra que Mohamed Ali représentait les Noirs et que George Foreman, parce que mieux intégré à la nation yankee pourtant principal soutien du Caligula africain d’alors – le Néron du continent étant à l’époque l’Ougandais Idi Amin Dada – était l’incarnation des… Blancs !

C’est pourquoi la populace, dans un bel élan de racisme passé à la postérité, encouragea Mohamed Ali au cri d’Ali, bou ma ye, Ali, tue-le…

Bernard DELCORD

Chaos debout à Kinshasa par Thierry Bellefroid et Barly Baruti, préface de Colette Braeckman, Grenoble, Éditions Glénat, février 2016, 112 pp. en quadrichromie au format 20 x 26,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 22 € (prix France)

 

[1] Il avait rallié en 1965 le mouvement Nation of Islam d’Elijah Muhammad [1897-1975] avec qui s’était brouillé Malcolm X [1925-1965] peu avant son assassinat, puis Mohamed Ali s’est converti à l’islam sunnite en 1975.

14:18 Écrit par Bernard dans Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |