28/12/2008

Musique épique

Dans L’épopée de la musique africaine paru cette année chez Hors Collection à Paris, Florent Mazzeoli s’intéresse de près à l’histoire contemporaine des rythmes d’Afrique atlantique et il entraîne le lecteur à la découverte des artistes qui tiennent ou ont tenu le haut du pavé au Ghana, en Guinée, au Mali, au Sénégal, en Gambie, en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Nigeria, au Cameroun, en Angola, en Guinée-Bissau, au Cap-Vert et, bien entendu, au Congo.
« Il est difficile de parler d'une musique africaine au sens large, assure l’auteur. En effet, jusqu'au milieu du XXe siècle, la musique a toujours été le reflet de la diversité des ethnies de ce continent immense. Au début des années 1960, la proclamation des indépendances et l'urbanisation annoncent une ère nouvelle, celles de sociétés en pleine mutation qui veulent rompre définitivement avec le colonialisme en adoptant des modes de vie modernes. La généralisation d'instruments amplifiés et des cuivres, tout comme la naissance de maisons de disques et de producteurs locaux sont les premiers grands signes de cette évolution, tant sur la forme que sur le fond. Des rythmes nouveaux voient le jour, influencés par la musique cubaine, le folklore, la pop, la soul, le rock ou le funk » à l’instar de la rumba congolaise, de la soukouss, du kwassa kwassa et du makoussa, sans oublier le cha-cha-cha immortalisé par Joseph Kabasele et l’African Jazz avec « Indépendance Cha-Cha », écrit par le guitariste Roger Izeidi et enregistré en février 1960.
Grâce à ce livre passionnant, il sera désormais aisé de situer avec précision la trajectoire et l’œuvre d’Alpha Blondy, Papa Wemba, Koffi Olomide, Zao, Amadou & Mariam, Manu Dibango, Angélique Kidjo, Abeti Masikani, Fela, Cesaria Evora, Youssou N'dour, Salif Keita, Franco, Orchestra Baobab, Oumou Sangaré ou Bembeya jazz, autant de noms qui illustrent la richesse et la diversité d’un continent en pleine explosion musicale.

Bernard DELCORD

L’épopée de la musique africaine
par Florent Mazzeoli, Paris, Éditions Hors Collection, 2008, 160 pp. au format 19 x 26 cm sous une couverture à rabats, nombreuses illustrations en couleur, 24,90 €

Épopée de la musique africaine (cover compressée)

13:14 Écrit par Bernard dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2008

Oh yeah !

Avec la nouvelle édition de leur Histoire du rock parue aux Éditions Tallandier,
les journalistes François Jouffa et Jacques Barsamian ont fait très fort ! En effet, en à peine moins de mille pages vendues à prix démocratique, ils ont réservé un sort glorieux non seulement aux Beatles et aux Stones, à Dylan et à Woodstock, mais aussi au blues, au rythm and blues, à la country, au twist, au surf, aux teenage idols, à la Tamla Motown, aux garage bands, au psychédélisme, à la protest song, au western, à la soul music, au folk rock, au San Francisco sound,
à la pop music, aux festivals rock, à l’underground, au hard rock… et à toutes ces choses qui, depuis six décennies, ont révolutionné la manière de chanter, de faire de la musique et de passionner les foules. Recensant 4800 artistes, groupes, producteurs et maisons de disques et des centaines d’extraits d’interviews exclusives auxquelles ont été adjointes 64 pages de photos, cette synthèse plutôt exhaustive ravira les amateurs du genre, stupéfiera ses détracteurs et engendrera tout… sauf la morosité ! Waouw !

Bernard DELCORD

Histoire du rock
par François Jouffa et Jacques Barsamian, Paris, Éditions Tallandier, 992 pp., 25 €

decoration

23:57 Écrit par Bernard dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/11/2008

Quand la java s'en va...

Les Éditions First à Paris ont publié tout récemment un excellent Le Jazz pour les Nuls qui ravira les amateurs, passionnera les mélomanes et enchantera les néophytes. Rédigé par Dirk Sutro, chroniqueur de jazz du Los Angeles Times, et par Stéphane Koechlin, prolixe vulgarisateur musical français, biographe entre autres de Brian Jones, John Lee Hooker, Ben Harper, Bob Dylan et James Brown, cet ouvrage aborde tous les aspects de la musique afro-américaine née dans les champs de coton et les temples protestants du Deep South yankee : ses origines, son histoire, ses caractéristiques, sa théorie, sa terminologie, ses instruments, ses courants principaux (blues, New Orleans, ragtime, Dixieland, be-bop, hard-bop, cool, avant-garde, free jazz, latin jazz, jazz français et européen…) sans oublier ses innombrables artistes, agissant en bands ou non, comme (par exemple et dans le désordre) Jelly Roll Morton, Duke Ellington, Count Basie, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, John Coltrane, Glenn Miller, Oscar Peterson, Chet Baker, Ornette Coleman, Gene Krupa, Sydney Bechet ou encore Sarah Vaughan, Thelonious Monk, Teddy Wilson, Toots Thielemans, Miles Davis et le clarinettiste (accessoirement cinéaste !) Woody Allen.
Cerise sur le gâteau, les annexes fournissent la liste détaillée des cent meilleurs disques de jazz et une liste de sites Internet à tout faire swinguer !

Bernard DELCORD

Le Jazz pour les Nuls
par Dirk Sutro & Stéphane Koechlin, Paris, Éditions First, 2008, 418 pp., 22,90 €

decoration

15:45 Écrit par Bernard dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/10/2008

Une Bible musicale

Rédigée par le Liégeois (d'origine hutoise) Bernard Wodon qui enseigne à Bruxelles et dans sa ville d'adoption, et éditée par votre serviteur en tandem avec l’excellent Gilbert Labrune à Paris, l’Histoire de la Musique qui vient de paraître chez Larousse est un ouvrage de référence qui couvre toutes les époques : de la musique hellénique et romaine au chant grégorien, du baroque au répertoire classique et romantique, jusqu’à la musique contemporaine et actuelle.
Il fait la part belle à la vie et à l’œuvre des grands compositeurs, certes, mais il sert aussi au mélomane de fil d’Ariane à travers le labyrinthe des périodes, des écoles et des styles de plus de
4000 ans d’histoire de la musique occidentale. Thrènes, oratorios, motets, messes, cantates, opéras, ballets, symphonies, contes radiophoniques, dodécaphonisme, mais aussi Palestrina, de Lassus, Bach, Vivaldi, Lulli, Mozart, Beethoven, Grétry, Franck, Stockhausen, Boulez, les Beatles et les Rolling Stones, sans oublier Verdi, Debussy, Saint-Saëns, Ravel, Bartok, Schönberg, Absil, Chostakovitch, Django Reinhardt ou Louis Armstrong et on en passe : tout, ou presque, est mis en lumière et en perspective dans cette vaste somme musicologique destinée au grand public de tous les âges, celui que la belle et bonne musique enchante !

Bernard DELCORD

Histoire de la musique
par Bernard Wodon, Paris, Éditions Larousse, coll. « In extenso », 480 pp., 26 €

decoration

23:02 Écrit par Bernard dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/10/2008

Pour se mettre au diapason

La musique classique, on le sait, connaît ces temps-ci un regain d’intérêt auprès du public. En 2006 déjà, pour la rendre accessible au plus grand nombre, les Éditions First à Paris avaient confié à une musicologue réputée, Claire Delamarche, la tâche d’adapter en français l’ouvrage américain de deux chefs d’orchestre accomplis, David Pogue et Scott Speck, qui ont étudié la musique à l’université de Yale et se sont attelés à une œuvre, digne de tous les éloges, d’initiation des néophytes à l’univers des compositeurs et des œuvres majeures du répertoire classique, des instruments composant l’orchestre et des concerts à ne pas manquer.
Cela a donné La Musique classique pour les Nuls et ce n’est pas banal ! À partir d’extraits musicaux fournis dans un CD audio, le lecteur est conduit pas à pas sur les voies rectilignes et sur les chemins de traverse qu’empruntent avec délices les mélomanes les plus avertis. S’il apprend à reconnaître, dès les premières notes, un morceau de Mozart ou de Brahms, à faire la distinction entre un alto, un violoncelle, une contrebasse et un violon, à comprendre le rôle d’un chef d’orchestre et d’un premier violon, à connaître tous les grands rendez-vous de la musique classique et même à savoir comment s’habiller pour s’y rendre, il découvre aussi le rôle de la quinte juste dans l’œuvre de John Williams ou du point d’orgue dans l’ouverture de la Cinquième Symphonie du compositeur malinois Ludwig van Beethoven…
Un ouvrage intemporel de plus en plus actuel !

Bernard DELCORD

La Musique classique pour les Nuls
par David Pogue et Scott Speck, adaptation française de Claire Delamarche, Paris, Éditions First, 2006, 439 pp. accompagnées d’un CD audio, 22,90 €

decoration

17:55 Écrit par Bernard dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/07/2008

Un génie (mé)connu

Jérôme Bastianelli, critique musical du magazine parisien Diapason, livre chez Actes Sud en Arles, dans la collection
« Classica », une biographie élégante et très documentée intitulée Félix Mendelssohn, dans laquelle il ressuscite le pendant allemand de Mozart, enfant prodige lui aussi, et compositeur prolixe à la courte vie (38 ans). Si elle valut à son auteur, du vivant de celui-ci, un succès retentissant et continu, l’œuvre de Félix Mendelssohn Bartholdy (1809-1847) connut les affres du purgatoire dès après son décès, et jusqu’à nos jours. Pourtant, les dons exceptionnels de ce fils d’un bourgeois de Hambourg lui avaient valu, dès l’âge de 12 ans, l’appui de Goethe et de Weber, quelques mois à peine avant qu’il achève un cycle de quatuors pour piano et cordes. À 15 ans, il compose sa Première symphonie et donne des concerts en Suisse, puis à Paris.
À 16 ans, il a terminé son Octuor à cordes et à 17 ans l’ouverture du Songe d’une nuit d’été, d’après Shakespeare. À 20 ans, il dirige avec un succès immense la Passion selon saint Matthieu de Bach et l’année suivante il compose sa fameuse symphonie religieuse “Réformation”. On lui doit aussi des ouvertures, des oratorios, des concertos pour violon et pour piano, de la musique de chambre, des pièces pour piano et pour orgue, des lieder, des motets pour solistes et chœur à 4 voix pour l’Église anglaise, des psaumes, un Te Deum
Très proche (comme Mozart de la sienne) de sa sœur Fanny, il meurt des suites d’une hémorragie cérébrale, moins de six mois après la mort brutale de celle-ci.
L’œuvre de ce « bel incident de la musique allemande » (dixit Nietzsche), aux confins du Classicisme et du Romantisme, tout en nuances et en suavité, mérite la plus haute considération. Écoutez-la donc, vous crierez, vous aussi, au génie !

Bernard DELCORD

Félix Mendelssohn
par Jérôme Bastianelli, Arles, Actes Sud, 2008, 150 pp., 16 €. Le texte de cet ouvrage est enrichi d’une chronologie, d’une bibliographie, d’une discographie et d’un index.

decoration

21:40 Écrit par Bernard dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |