08/08/2017

Et sans calculette…

130 problèmes de baignoires qui fuient et de champs à labourer gif.gif

Le petit cahier publié paru aux Éditions Larousse à Paris sous le titre 130 problèmes de baignoires qui fuient et de champs à labourer rassemble des exercices d’arithmétique et d’algèbre préparatoires aux épreuves du certificat d’études (primaires) français de 1923.
 
Ceux qui le réussissaient (ils étaient nombreux et appartenaient à toutes les couches de la population), on le voit ici, avaient appris à calculer des débits de robinets qui fuient et de récipients qui se remplissent, des rentes viagères, des obligations remboursables, le loyer des domestiques, mais aussi des bénéfices, des escomptes, des faillites, des créances, ou encore le rendement d’une ferme ou d’une exploitation agricole, en hectares ou en centiares de terres de pommes de terre à labourer, en hectolitres de lait à produire, en stères de bois à remiser, et à vendre leur production au mieux selon les prix des engrais et du foin...
 
Mais aussi à résoudre des calculs algébriques sur des trains qui se croisent, des automobiles qui rattrapent des bicyclettes et à effectuer des mélanges et des partages, entre autres…
 
Comparez donc le contenu de ce petit ouvrage avec les questions du certificat d’études de base belge de ces dernières années…
 
Et riez si vous n’avez pas d’enfants à l’école primaire ! Ou pleurez, si vous en avez…
 
Bernard DELCORD
 
130 problèmes de baignoires qui fuient et de champs à labourer, ouvrage collectif, Paris, Éditions Larousse, février 2015, 64 pp. en bichromie au format 16,8 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 4,99 € (prix France)
 
Pour vous, nous avons recopié dans ce cahier vintage les quelques exercices suivants :
 
LE CHAMP DE BLÉ (5 points)
 
On a récolté dans un champ de forme triangulaire pour 4 725 francs de blé à raison de 105 francs l'hectolitre. Sachant que l'hectare a produit 20 hl et que la base du champ est de 200 m, trouver sa hauteur.

LA CONTENANCE DU BASSIN (5 points)
 
Les ¾ de la contenance d’un bassin ont été remplis par un robinet en 2 h 15 m. Combien le robinet mettra-t-il de temps pour remplir le bassin ?

DE LA BIÈRE EN QUANTITÉ (10 points)
 
On emploie, pour fabriquer 10 hl de bière, 5 kg de houblon à 2,75 francs le kilogramme et 5 hl d'orge pesant 63 kg l'hectolitre et coûtant 105 francs le quintal. Combien faut-il d'hectolitres d'orge et de kilogrammes de houblon pour faire 24 hl de bière ? Quel sera, sur cette quantité de bière, le gain brut du brasseur, s'il vend le décalitre 9 francs ?

LES DEUX FRÈRES (5 points)
 
Au Japon, deux frères sont employés dans la même maison et ont le même salaire. Le 1er qui a travaillé 45 jours de plus que le cadet a gagné en plus 1 293,75 yens. Sachant qu'ils ont touché à eux deux 16 531,25 yens, calculer combien chacun d'eux a travaillé de jours.

LA PRAIRIE DE TRÈFLE (5 points)
 
Le trèfle perd environ 18% de sa masse en séchant. Combien une prairie de 3,64 ha fournira-t-elle de fourrage sec, si le rendement est de 164 kg par are ? Quelle est la valeur de la récolte à raison de 67,50 francs le quintal sec ?

LA BASSINE ÉTAMÉE (5 points)
 
L’alliage utilisé pour l'étamage se compose de 8 parties d'étain et de 2 parties de plomb. L'étain vaut 30 francs le kilogramme et le plomb 300 francs les 100 kg. À quel prix revient l'étamage d'une bassine qui exige 640 g de l'alliage ?

ÉCONOMIE DE BLANCHISSERIE (5 points)
 
Pour laver le linge d'un ménage, une blanchisseuse demande 15 francs par semaine. La ménagère préfère prendre deux fois par mois une femme à laquelle elle donne 10 francs chaque fois. On use, par lessive, 1,5 kg de savon à 3,50 francs le demi-kilogramme, 1 kg de cristaux de soude à 0,75 francs le kilogramme, 0,50 francs de bleu et 2,75 francs de combustible. Calculer l'économie annuelle.

12:57 Écrit par Bernard dans Livres d'apprentissage | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/08/2017

« J'ai dit bizarre… Comme c'est bizarre ! » (Jacques Prévert, dialogue dans Drôle de drame)

Hôtel meublé.jpg

Gérald Bertot alias Thomas Owen est né le 22 juillet 1910 à Louvain et il est mort le 2 mars 2002 à Bruxelles.
 
Ses études de droit terminées en 1933, il est engagé dans une meunerie, le Moulin des Trois Fontaines à Vilvorde, dont il sera le directeur pendant quarante-trois ans. Il sera également président général des Meuneries belges, puis du Groupement des Associations meunières de la CEE.
 
Parallèlement, attiré par le surréalisme, il devient critique d'art pour La Libre Belgique et L'Écho sous le pseudonyme de Stéphane Rey.
 
Mobilisé en 1939, il échappe à la déportation qui suit la capitulation de l’armée belge
.
Sa rencontre avec Stanislas-André Steeman servira alors de déclencheur à sa carrière d'écrivain. L’auteur de L’assassin habite au 21 (1939) l'encourage à écrire des romans policiers, genre peu disponible à l'époque.
 
De 1941 à 1943, Thomas Owen publiera plusieurs nouvelles et romans policiers, caractérisés par « un humour assez féroce », qui attirèrent sur lui l'attention de la critique.
 
Il se tourna ensuite vers la littérature fantastique, en faisant paraître Les Chemins étranges en 1943. C'est de ce genre particulier, romans, contes et récits d'épouvante, que lui viendra la reconnaissance du grand public. Ses nouvelles fantastiques plongent le lecteur dans un univers en perpétuelle collision avec l'horreur et l'irrationnel (1). 
 
Il est élu membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique en 1975, au fauteuil 28 dans lequel il succéda à Constant Burniaux (2) et qui est aujourd’hui celui de Jean-Baptiste Baronian.
 
C’est aussi en 1943 que Thomas Owen rédigea Hôtel meublé, un curieux polar qu’ont ressorti les Impressions nouvelles à Bruxelles, dans la fameuse collection « Espace Nord ».
 
En voici le pitch, fourni par l’éditeur :
 
« Un crime a été commis : Oswald Stricker, vieil expert et usurier, détenteur d’une fortune secrète, est retrouvé mort dans son appartement. L’inspecteur Maudru est chargé de cette curieuse affaire. Il sera très vite secondé par Madame Aurélia, détective amateur, qui va s’installer dans le logement du défunt pour mener l’enquête au plus près des locataires – aussi morbides que saugrenus, vivant dans la misère et prêts à tout pour s’enrichir. Un huis clos fantastico-macabre aux allures de Cluedo. »
 
Ajoutons que le titre lui-même relève de l’étrange, dans la mesure où l’intrigue de ce roman ironique se passe dans une maison qui n’est pas un hôtel meublé, mais qui pourrait l’être, non pas pour des raisons immobilières, mais parce que les personnages pour le moins pittoresques et inquiétants qui l’habitent semblent plus passagers que stables…
 
Un texte tout ce qu’il y a de décapant !
 
Bernard DELCORD
 
Hôtel meublé par Thomas Owen, postface de Rossano Rosi, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, collection « Espace Nord », novembre 2016, 237 pp. en noir et blanc au format 12 x 18,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 9,00 €
 

(1) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Owen
 
(2) 1892-1975, à qui l’on doit un intéressant Crânes tondus (1930).

30/07/2017

Sur le lieu d’amitié…

Un si petit territoire .jpg

Entre 1816 et 1919, le territoire hautement stratégique de la petite commune wallonne de Moresnet (aujourd’hui dans l’entité de Plombières, en province de Liège), par la volonté des vainqueurs de Napoléon Ier à Waterloo en 1815, fut un territoire neutre et indépendant de 3,44 km2 et de 250 habitants environ, dont la langue officielle était l’espéranto.
 
On y exploitait alors la mine de zinc de la Vieille Montagne (épuisée en 1885), la plus riche d’Europe, dont on a extrait plus de deux millions de tonnes en cinq siècles, et les Pays-Bas en disputaient la souveraineté à l’Allemagne. Celle-ci annexa le territoire en 1915 et le traité de Versailles établit en 1919 la souveraineté belge sur le Moresnet Neutre ainsi que sur le village allemand voisin de Neu-Moresnet. À nouveau confisquée par l’Allemagne en 1940, la commune fut définitivement restituée à la Belgique en 1944.
 
Sans toutefois battre monnaie, le Moresnet Neutre, qui avait pris le nom espérantiste d’Amikejo (« lieu d’amitié »), arborait son propre drapeau, avait son propre gouvernement, ses services postaux et même son hymne national, l’Amikejo Marsch. Il y a donc 98 ans que l’espéranto n’est plus la langue officielle du seul pays pour qui il le fut jamais (1).
 
C’est dans cet étrange pays au confluent des frontières actuelles de l'Allemagne, des Pays-Bas et de la Belgique que l’écrivain et diplomate français Marc Bressant (2) situe l’action de son roman-fleuve Un si petit territoire (publié à Paris par Bernard de Fallois), une saga passionnante qui s'étend sur tout un siècle pour s'achever avec l'entrée des troupes allemandes dans le Moresnet Neutre le 8 août 1914.
 
Car, écrit l'auteur, « les deux jeunes aides de camp, l'un néerlandais, l'autre prussien, à qui leurs souverains avaient confié mission de "régler au plus vite le problème de Moresnet", ne se doutaient évidemment pas qu'en créant au cœur de l'Europe un pays sans armée ni police ni justice, ils ouvraient la porte à de bien singulières aventures… »
 
Bernard DELCORD
 
Un si petit territoire par Marc Bressant, Paris, Éditions de Fallois, avril 2017, 414 pp. en noir et blanc au format 15,6 x 22,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 22 € (prix France)
 
(1) Cf. Neutral-Moresnet-neutre – Échos d’une curiosité européenne par Leo Wintgens, Aachen, Helios Verlag & Montzen, Centre de recherches linguistiques Obelit, collection « Documents d’Histoire », novembre 2010, 304 pp. en quadrichromie au format 21,5 x 30,5 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 39,90 €.
 
(2) Dont l’ouvrage La Dernière Conférence a été récompensé par le grand prix du roman de l'Académie française en 2008.

16:14 Écrit par Bernard dans Romans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

« “Qu'on ne me touche pas ! Je suis inviolable !” Dit la Belgique. – C'est, hélas ! Incontestable. Y toucher ? Ce serait, en effet, hasardeux, Puisqu'elle est un bâton merdeux. » (Charles Baudelaire)

Baudelaire au pays des Singes.jpg

Grand spécialiste de Georges Simenon et des poètes français du XIXe siècle, l’écrivain belge Jean-Baptiste Baronian, qui a produit une œuvre prolifique de romans, de contes, de beaux livres, d’essais et de biographies (notamment celles de Baudelaire, de Verlaine et de Rimbaud chez Gallimard et le fameux Dictionnaire Rimbaud chez Robert Laffont dans la collection « Bouquins »), s’est penché, dans Baudelaire au pays des Singes publié à Paris chez Pierre-Guillaume de Roux, sur un phénomène étrange et quelque peu infantile, la furieuse détestation de la Belgique qui nouait les viscères de l’auteur des Fleurs du mal.
 
Voici le résumé qu’en donne l’auteur :
 
« Le 24 avril 1864, Baudelaire arrive à Bruxelles, capitale d'un tout jeune royaume (il a été créé en 1830), dont il ne connaît pas grand-chose, hormis quelques lieux communs. Il envisage de n'y rester que deux ou trois semaines, le temps de donner quelques conférences, de proposer sa collaboration à L'Indépendance belge, le plus important quotidien du pays, de rencontrer les éditeurs des Misérables de Victor Hugo, et de prendre des notes en vue d'un ouvrage sur "les riches galeries particulières" de la Belgique.
 
Or, très vite, tous ces projets tournent court. Au point de le rendre belgophobe du jour au lendemain. Mais quelles sont les raisons exactes de ces échecs à répétition ? Et comment expliquer que Baudelaire persiste à séjourner deux années entières dans ce pays qu'il déteste et où, surtout, il s'ennuie "mortellement" ? »
 
Si mortellement que c’est à Namur, sous les voûtes de l’église Saint-Loup, un monument de l’ordre des jésuites (!), que le poète atrabilaire, irascible et surtout déçu dans ses ambitions fut frappé le 15 mars 1866 d’une « éclipse cérébrale » suivie deux semaines plus tard d’un ictus hémiplégique, des accidents cérébraux qui provoquèrent son décès le 31 août 1867…
 
Bernard DELCORD
 
Baudelaire au pays des Singes par Jean-Baptiste Baronian, Paris, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, mai 2017, 154 pp. en noir et blanc au format 12,3 x 19,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,50 € (prix France)

14:05 Écrit par Bernard dans Essais | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/07/2017

« J'avance dans l'hiver à force de printemps. » (Charles-Joseph de Ligne, Almanach de Bruxelles)

Aux Armes de Bruxelles.jpg

Splendide ode pérégrine sous la plume inspirée d’un grand styliste doublé d’un dandy des idées et des lettres, une version revue et augmentée d’Aux Armes de Bruxelles par Christopher Gérard (1) est sortie ces jours-ci à Paris, aux Éditions Pierre-Guillaume de Roux, un événement considérable pointé fort justement par Jacques De Decker, secrétaire perpétuel de l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, dans la préface qu’il lui a donnée.
 
À l’enseigne d’une maison de bouche vénérable de la capitale des Belges et de l’Europe, ce texte d’amour pour une femme mystérieuse, Louise (forcément !), et pour une ville qui ne l’est pas moins tant ses beautés se font discrètes, guide le lecteur dans un parcours initiatique dont les étapes, commentées par un cicérone enthousiaste, lucide et averti, sont des églises, une mosquée, des musées, des parcs, des monuments, des restaurants, des maisons de thé, des boutiques d’antiquaires ou de jouets, des librairies, des personnages célèbres (notamment Bruegel, Charles Quint, Voltaire, Baudelaire, Khnopff, Horta, Claudel, Ensor, Ghelderode, Yourcenar, le capitaine Haddock…) et bien d’autres choses encore.
 
Une réussite absolue qui n’est pas sans rappeler Les Horreurs de l’amour du regretté Jean Dutourd qui aurait sûrement jubilé à sa lecture !
 
Bernard DELCORD
 
Aux Armes de Bruxelles par Christopher Gérard, nouvelle édition revue et augmentée, préface de Jacques De Decker, Paris, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, juillet 2017, 288 pp. en noir et blanc au format 12,3 x 19,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 21,90 € (prix France)
 
(1) La version princeps avait paru à Lausanne en 2009, aux Éditions L’Âge d’Homme, dans la collection « La Petite Belgique » dirigée par Jean-Baptiste Baronian.

17:49 Écrit par Bernard dans Guides, Littérature belge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/07/2017

En voiture, Simone !

La clé sous la porte.jpg

Paru d’abord chez Joëlle Losfeld en 2015, La clef sous la porte de Pascale Gautier (1) – dont le roman précédent, Les Vieilles (Joëlle Losfeld, 2010, Prix Renaudot poche 2012) avait connu un immense succès – ressort en format de poche chez Gallimard à Paris dans la collection « Folio ».
 
En voici le pitch :
 
« Ils sont solitaires, dociles, désabusés. Ils sont enseignant, retraité, cadre, employée. Tous sont ligotés à leur petite vie, à leur faux confort. Auguste, comme chaque fois qu'il retrouve ses parents, est pris en tenaille entre une mère tyrannique et un père plutôt faible. José, retraité endurci, vit devant la télé, allumée 24 heures sur 24. Ferdinand subit une femme volage et une fille ado, véritable tête à claques. Agnès, toujours amoureuse d'hommes mariés, est harcelée par ses trois frères qui lui demandent de venir au chevet de leur mère qui est en train de mourir pour la cinquième fois...
 
Jusqu'au jour où, grains de folie aidant, ces quatre contre-héros vont rompre les amarres. Parents, métier, épouse, raison : tout finit par voler en éclats… »
 
Caustique à souhait, cette exploration des vies ordinaires en crise et des travers de notre société est aussi une ode à la liberté…
 
Bernard DELCORD
 
La clef sous la porte par Pascale Gautier, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio », avril 2017, 224 pp. en noir et blanc au format 10,7 x 18 cm sous couverture brochée en couleurs, 6,60 € (prix France)

 

(1) Qui est par ailleurs directrice littéraire du domaine français aux Éditions Buchet-Chastel. La clef sous la porte est son onzième roman.

13:20 Écrit par Bernard dans Romans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/07/2017

La peinture pour tous...

Racontant un épisode de la vie de l’artiste avant d’en présenter l’œuvre générale, la collection « Les Grands Peintres » publiée chez Glénat à Grenoble est un bel outil qui met l’histoire de la peinture européenne des XIXe et XXe siècles à la portée des jeunes et de ceux qui le sont moins.
Elle est riche de nombreux titres, parmi lesquels nous avons épinglé les cinq suivants, dont nous reproduisons le pitch :
 
Gauguin par Patrick Weber & Nicoby

Collection Les Grands Peintres (Gauguin).jpg

 « Novembre 1888. Fourbu, Paul Gauguin arrive à Arles à la fin de la nuit... Cela fait des semaines que Van Gogh l'implore de venir le rejoindre dans le sud. Il rêve d'un travail en atelier. C'est alors le début d'une curieuse relation. Les deux peintres font plus que cohabiter, ils tentent d'unir leurs talents et confrontent leurs existences. S'ils sont conscients de leur génie respectif, chacun s'estime supérieur à l'autre. Les deux amis en arrivent à se détester lorsque Paul travaille sur une œuvre personnelle alors que Vincent voudrait privilégier un travail commun. Mais Paul ne veut rien entendre, il conçoit seul le Portrait de l'artiste au Christ jaune, que Van Gogh se met à haïr...
Patrick Weber et Nicoby nous font découvrir l'œuvre de Gauguin à travers un moment charnière de sa vie : sa cohabitation à Arles avec Van Gogh. Deux mois d'amitié, d'affrontement et d'incompréhension, animés par la passion de l'art et les pulsions destructrices qu'elle peut engendrer. »
 
Monet par Frank Secka & Vincent Gravé 

Collection Les Grands Peintres (Monet).jpg

 « Giverny, automne 1886. Émilie, jeune protégée de Claude Monet, fait la rencontre de Francis Hawkins, fils d'un galeriste de New York venu rencontrer le célèbre peintre impressionniste. L'une vit en France, l'autre aux États-Unis, mais, malgré cette distance, ils le savent : un jour, ils se marieront. Cette promesse marque le début d'un amour pur qui sera pourtant souvent perturbé par les aléas de l'Histoire. Un amour qui traversera 4 saisons, 4 périodes de l'œuvre de Monet et qui sera toujours bercé par les magnifiques couleurs du jardin du peintre, lorsqu'il réalisera ses célèbres Nymphéas...
Tant par le scénario que par le dessin, Frank Secka et Vincent Gravé nous replongent avec force dans la fin de l'œuvre de Monet, période Giverny, et dans ce bouillonnant moment artistique que fut le début du XXe siècle en France. »
 
Egon Schiele par Dimitri Joannidès & Nicolas Sure
 

Collection Les Grands Peintres (Egon Schiele).jpg

« 1912, Vienne. Le fougueux Egon Schiele fait parler de lui dans la capitale autrichienne. Fasciné par les plaisirs interdits, ce jeune peintre est réputé pour dessiner de très jeunes filles dans des positions lascives et suggestives, s'attirant les foudres de la bienpensante bourgeoisie. Accusé à tort d'avoir violé l'un de ses derniers modèles, une mineure, Schiele est à présent en prison en attente de son jugement. Pour assurer sa défense, ses deux meilleurs amis et son avocat vont faire appel aux plus grands de l'époque alors rassemblés à Vienne : Stefan Zweig, Sigmund Freud, Gustav Klimt... tous, captivés par le génie de Schiele et par amour pour l'art, vont conjuguer leurs talents et leur influence. Peintre sulfureux cultivant le goût du scandale, mort à l'âge de 28 ans, Egon Schiele est une étoile filante de l'histoire de l'art. Sa courte vie aura pourtant marqué l'art du XXe siècle.

Retraçant l'épisode de son incarcération de 1912, Dimitri Joannidès et Nicolas Sure nous font découvrir la personnalité tout en excès de ce prodige, et en profitent pour nous plonger dans l'effervescence artistique qui habitait Vienne au début du XXe siècle. »
 
Géricault par Frank Giroud & Gilles Mezzomo

Collection Les Grands Peintres (Géricault).jpg

« En juillet 1816, la frégate française La Méduse fait naufrage au large des côtes mauritaniennes. Pour préserver le confort du gouverneur et du capitaine à bord, les canots de sauvetage ne sont remplis qu'à moitié, si bien que l'essentiel de l'équipage doit quitter le navire à bord d'un radeau de fortune. Très vite, la promiscuité et le manque de vivres poussent les hommes à la sauvagerie... Les bonapartistes s'emparent de cette tragédie pour en faire le symbole de leur opposition au pouvoir royal.
Le peintre Géricault s'apprête même à en faire le sujet principal de son prochain tableau... Frank Giroud et Gilles Mezzomo nous plongent les secrets de la confection de l'un des tableaux les plus célèbres du monde. Ils en profitent pour nous montrer comment, dans l'Histoire, l'art a aussi pu servir d'outil politique. »
 
Renoir par Dodo & Ben Radis

Collection Les Grands Peintres (Renoir).jpg

« Paris, hiver 1893. Par l'intermédiaire de son ami le marchand d'art Paul Durand Ruel, Auguste Renoir rencontre Erik Satie au cabaret montmartrois du Chat Noir. En discutant, Renoir se rend compte qu'il connait la future épouse de Satie qui fut un temps l'une de ses muses. À l'époque, le peintre avait deux modèles féminins favoris qui étaient également ses maîtresses : Suzanne Valadon, qui posa pour Danse à la Ville, et Aline Charigot pour Danse à la Campagne. Deux rivales, de caractères totalement opposés, qui se jalousaient Renoir et dont le destin a ironiquement voulu que leurs tableaux soient toujours exposés côte à côte. Une relation tumultueuse qui démontre l'influence des muses sur les artistes de l'époque.
Dodo et Ben Radis nous replongent dans l'effervescence artistique du Montmartre de la fin du XIXe siècle : cette période de transition entre la Commune et la Première Guerre mondiale qui fut l'une des plus prolifiques de l'histoire des arts. »
 
Bernard DELCORD
 
Gauguin par Patrick Weber & Nicoby, Grenoble, Éditions Glénat, collection « Les Grands Peintres », mars 2016, 56 pp. en quadrichromie au format 24 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,50 € (prix France)
 
Monet par Frank Seeka & Vincent Gravé, Grenoble, Éditions Glénat, collection « Les Grands Peintres », mars 2016, 56 pp. en quadrichromie au format 24 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,50 € (prix France)
 
Egon Schiele par Dimitri Joannidès & Nicolas Sure, Grenoble, Éditions Glénat, collection « Les Grands Peintres », mars 2016, 56 pp. en quadrichromie au format 24 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,50 € (prix France)
 
Géricault par Frank Giroud & Gilles Mezzomo, Grenoble, Éditions Glénat, collection « Les Grands Peintres », juin 2016, 56 pp. en quadrichromie au format 24 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,50 € (prix France)
 
Renoir par Dodo & Ben Radis, Grenoble, Éditions Glénat, collection « Les Grands Peintres », juin 2016, 56 pp. en quadrichromie au format 24 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,50 € (prix France)

21:26 Écrit par Bernard dans Arts, Bandes dessinées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |