12/04/2017

« Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut. » (Cicéron)

Le temps du potager .jpg

Publiée chez Flammarion à Paris, la nouvelle édition, revue et augmentée [1] du guide pratique intitulé Le temps du potager – de la culture bio à la permaculture et rédigé par Xavier Mathias, un maraîcher bio qui enseigne au Potager du Roi à Versailles, présente :

– l'intérêt de la permaculture (ou comment observer et analyser son jardin – cycle solaire, vents, type de sol... – afin de déterminer des interactions harmonieuses et mieux choisir les espaces de cultures) ;

– de nouvelles fiches de plantes, de tubercules et d'aromates (chayottes, crosnes, ciboule de Chine, thym des Antilles...) ;

– des fiches inédites de plantes « à rêver » (arbre aux faisans, curcuma, pois cœur, griffe du diable, larmes de Job, mioga...) ;

– ses astuces pour une culture facile et sans soucis ;

– ses espèces et variétés de plantes favorites pour 4 saisons de récolte ;

– pour chaque légume, des conseils de culture, de stockage et de dégustation fondés sur son expérience de maraîcher ;

– des sélections de plantes en fonction de l'espace dont on dispose et un carnet avec toutes les adresses pour vous procurer facilement les plants ou les semences de ces merveilles.

Un livre qui permet d’aisément faire croître et multiplier les radis, le persil tubéreux, les salades, les tomates, les chicorées, la mâche, le mesclun, les carottes, les petits pois, les fèves, le cerfeuil, les poireaux, les aubergines, les navets, les pommes de terre, les aulx, les oignons, les échalotes, le thym, le basilic, mais aussi la bardane, les betteraves potagères, la patate douce, les topinambours, le souchet, la poire de terre Cochet, l’oca du Pérou, la pastèque ‘Moon and Stars’, l’eucalyptus perriniana, la citronnelle de Madagascar, une coriandre du Vietnam ou le poivrier du Sei-Chuan…

Dans votre jardin d’Éden !

Bernard DELCORD

Le temps du potager – de la culture bio à la permaculture par Xavier Mathias, photographies de Laurent Bessol, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Éditions Flammarion, collection « Esprit Baraton », février 2017, 278 pp. en quadrichromie au format 19,7 x 24,8 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 24,90 € (prix France)

 

[1] L’édition princeps a paru en 2014.

16:44 Écrit par Bernard dans Guides, Jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/04/2016

Pour prendre un râteau sans crainte du ridicule…

L'encyclopédie Flammarion du potager et du jardin fruitier.jpg

Xavier Mathias est maraîcher bio. Il enseigne au Potager du Roi à Versailles et il transmet sa verve potagère dans sa rubrique à Rustica. Il est l 'auteur du Potager selon Xavier (Prix Saint-Fiacre 2014).

Président de l 'Union Pomologique de France, Denis Retournard a été, pendant plus de 30 ans, responsable de la très riche collection fruitière du Jardin du Luxembourg, à Paris. Il enseigne au Potager du Roi, à Versailles, et a écrit de nombreux ouvrages.

Panorama des connaissances sur le potager bio à jour des nouvelles techniques, L'encyclopédie Flammarion du potager et du jardin fruitier qu’ils ont rédigée ensemble

– enseigne les gestes illustrés au moyen de pas à pas (semis, plantation, bouture, taille des fruitiers),

– apprend à s'adapter au réchauffement climatique et à faire ses graines,

– explique comment prendre soin de sa terre (type de sol, amendements, compost, paillage, engrais verts...),

– se réfère à toutes les techniques nouvelles,

– fait un focus sur la permaculture et son intérêt pour nos jardins,

– décrit les différents types de potagers (potager en carré, balcon, terrasse, urbain, sous serre...),

– consacre un chapitre entier consacré au jardin de cueillette en ville : quels contenants ? quelles astuces ?

– résout tous les casse-têtes des jardiniers : sol calcaire, sol sableux... et explique comment adopter ses méthodes de culture et choisir ses fruits et légumes,

– aborde les conditions particulières (exposition, humidité...) et les plantes adaptées,

– fournit 200 fiches pratiques sur les fruits et les légumes classés par ordre alphabétique (descriptif, photo et pictogrammes avec exposition, nature du sol, rusticité, avec un-picto spécial pour les plantes cultivables en pots...),

– expose des tableaux récapitulatifs pour tout retenir et s'y retrouver facilement,

– donne un accès facile à l'information grâce à une maquette claire et élégante, des onglets de couleurs, des encadrés récapitulatifs, plusieurs niveaux de lecture et des annexes très fournies.

De quoi refaire le jardin d’Éden !

Bernard DELCORD

L'encyclopédie Flammarion du potager et du jardin fruitier par Xavier Mathias & Denis Retournard, préface d’Alain Baraton, photographies de Laurent Bessol, Paris, Éditions Flammarion, mars 2016, 424 pp. en quadrichromie au format 20,5 x 28,4 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29,90 € (prix France)

10:58 Écrit par Bernard dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2016

« Il pousse plus de choses dans un jardin qu’on en a semé. » (Proverbe serbo-croate)

Mon agenda du jardin 2016 .jpg

Jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand Parc de Versailles, Alain Baraton anime aussi des chroniques radiophoniques consacrées au jardin et aux plantes.

Il a fait paraître chez Flammarion Mon agenda du jardin 2016, un bien bel outil énumérant le sui vi des travaux à effectuer au jardin (dates de semis, météo, mouvements de la lune…) et illustré de conseils pour soigner ses plantes ainsi que d'anecdotes sur l'histoire des différentes espèces. Conçu comme un livre de bord du jardinier, il peut être conservé pour permettre une comparaison, d'une année sur l'autre, des poussées, des variétés semées ou des récoltes.

Le livre de bord des mains vertes !

Bernard DELCORD

Mon agenda du jardin 2016 par Alain Baraton, Paris, Éditions Flammarion, août 2015, 208 pp. en quadrichromie au format 16 x 22,2 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 17,90 € (prix France)

Nous avons recopié dans ce précieux vade-mecum ces quelques lignes instructives :

Pourquoi la digitale s'appelle-t-elle ainsi ?

Si vous glissez un doigt dans une fleur, vous constaterez qu'il s'adapte merveilleusement, un peu comme un dé de couture et dans les campagnes les enfants jouaient avec, bien évidemment. D'où les innombrables surnoms de la digitale ! Elle est aussi appelée gants de coucou, gants de bergère, gants de la Vierge, doigts de loup ou encore cloche, poupée, et cette liste est loin d'être exhaustive. Mais attention, c'est une des fleurs les plus toxiques. Donc, pas de digitale dans les jardins fréquentés par les tout-petits.

15:54 Écrit par Bernard dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/03/2015

Fruits à quartiers...

Les agrumes.jpg

Rachel Frély, journaliste spécialisée en nutrition, en homéopathie, en plantes médicinales et santé, est aussi l'auteure de nombreux ouvrages, parmi lesquels nous épinglerons Les agrumes, un ouvrage paru tout récemment chez Grancher à Escalquens dans la collection « Saveurs & vertus ».

C’est qu’en plus d’être bon marché, faciles à utiliser et 100 % naturels, les agrumes ont d'incontestables qualités nutritionnelles, cosmétiques et médicinales.

Dans son ouvrage, l’auteure fait découvrir les caractéristiques botaniques des différents agrumes : oranger, pamplemoussier, pomelo, citronnier, clémentinier, mandarinier, bigaradier, cédratier, calamondin, kumquat, combava, limettier, bergamotier…

Elle fournit aussi des conseils de jardinage pour les cultiver et un grand nombre de recettes pratiques et économiques à base d'agrumes, pour préparer un savon personnalisé, un bain tonifiant, en cas de rhume, de courbatures, de troubles du sommeil ou de stress… sans oublier les astuces de grands-mères pour la cuisine, pour l'entretien de la maison et du linge ou encore pour parfumer son intérieur et chasser les hôtes indésirables.

En ces temps de carnaval, un livre à offrir aux gilles de Binche !

Bernard DELCORD

Les agrumes par Rachel Frély, Escalquens, Éditions Grancher, collection « Saveurs & vertus », février 2015, 127 pp. en quadrichromie au format 16 x 21,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 14 € (prix France)

Voici la description d’un de ces arbres à fruits délicieux :

Les agrumes (Citrus reticulata Blanco).jpg

Le mandarinier

Citrus reticulata Blanco

Appelé aussi mandarin orange, il est cultivé depuis des siècles en Chine.

Il existe différents cultivars et variétés cultivées :

Le mandarinier est un petit arbre vigoureux, au port arrondi, qui peut faire jusqu'à 5-6 mètres de hauteur pour 1,50 à 3 mètres de large.

La forme des feuilles et des fruits est variable selon les variétés. Les feuilles vert foncé sont ovales et lancéolées.

Les fleurs blanches et parfumées sont assez petites.

Les fruits font généralement 5 à 8 cm de diamètre, avec une écorce très fine de couleur orangée, à goût sucré et parfumé, non acide.

Sa culture :

Le mandarinier a besoin de soleil et il ne supporte pas des températures hivernales trop fraîches (sauf le mandarinier « Satsuma » qui peut résister jusqu'à - 10°C) et un gros coup gel peut lui être fatal.

Lorsque l'hiver arrive, il est impératif de bien le protéger.

Il a besoin d'être arrosé régulièrement (au moins deux fois par semaine, surtout par temps sec et chaud) avec de l'eau non calcaire, surtout en période de croissance.

S'il est en pot, rentrez-le à l'approche de l'hiver, dans une pièce lumineuse à 10°C.

Limitez l'arrosage au strict minimum pour maintenir une très légère humidité.

Mes astuces jardinage :

Procédez à une taille légère à la fin de l'hiver pour aérer le feuillage et lutter préventivement contre les aleurodes et les cochenilles.

Une taille tous les 2 à 3 ans suffit pour les sujets adultes.

Mon coup de cœur :

La mandarine « Satsuma » (citrus reticulata subsp. Unshiu Marcow) au parfum délicat.

Ses feuilles sont assez larges et très parfumées.

Savoureux, ses fruits ronds légèrement aplatis aux extrémités ont l’avantage d’être juteux, sans pépins et faciles à peler.

11:41 Écrit par Bernard dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2012

Pour prendre un râteau avec le sourire...

Découvrez la bonne marche à suivre pour réussir votre potager et vos récoltes sans difficulté !

Grâce à l'ouvrage intitulé Le potager facile paru à Grenoble aux Éditions Atlas/Glénat dans la collection « Côté pratique », vous saurez comment choisir entre les différentes variétés de tomates, déterminer le meilleur emplacement pour les courgettes, préparer le sol pour les panais, butter les radis, repiquer les poireaux, tailler la courge musquée, éviter la pourriture de l'ail, pailler le fenouil, conserver les carottes en hiver, planter les groseilliers, soigner les fraisiers… bref, comment cultiver sans difficulté 40 variétés de fruits et légumes présentées en détail.

Illustrations à l'appui, vous découvrirez aussi toutes les techniques pour les semer, les planter, les soigner des maladies qui les menacent et les récolter.

Un ouvrage qui aurait sûrement plu à Voltaire !

Bernard DELCORD

Le potager facile, Grenoble, Éditions Atlas/Glénat, collection « Côté pratique », février 2012, 160 pp. en quadrichromie au format 22 x 28,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 9,99 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce petit livre vert les informations suivantes :

LES MEILLEURES VARIÉTÉS DE SCAROLES

Cette chicorée à feuilles craquantes connaît depuis quelques années un vrai regain de popularité. Rustique, cette salade d'automne est délicieuse à condition d'avoir été blanchie, pour lui ôter sa petite amertume.

Appelées aussi chicorées blanches ou endives à larges feuilles, les scaroles appartiennent à l'espèce Cichorium endivia, cultivée depuis l'Antiquité sur le pourtour méditerranéen. Moins tendres que les laitues, elles ont souvent plus de caractère que la plupart des salades vendues à l'étal des supermarchés. Leur goût légèrement amer disparaît grâce à la technique du blanchiment. Raison de plus pour les déguster et, pourquoi pas, les cultiver !

Origines

Les Cichorium endivia sont des plantes annuelles de la famille des Astéracées, assez répandues dans le sud de l'Europe et le nord de l'Afrique. La sous-espèce divaricatum (ou pumilum) est l'ancêtre sauvage de la sous-espèce endivia composée des scaroles et frisées, sélectionnées depuis l'Antiquité. Ces dernières existeraient en Orient (Inde) sous forme subspontanée (non réellement sauvage). La chicorée frisée (Cichorium endivia crispa) est très différente de la chicorée scarole (Cichorium endivia latifolia) qui a les feuilles plus larges, entièrement ondulées ou enroulées, dentées sur les bords et se repliant vers le cœur de la plante. Elle est plus rustique que la frisée et davantage utilisée pour les cultures d'automne.

Variétés à récolter de mai à juillet

Semez à l'abri de février jusqu'à la mi-mai, sur couche chaude (de 25° à 30°C). Plantez en place, 5 semaines après le semis, sous châssis froid ou tunnel plastique, ou encore en pleine terre, dans un endroit bien ensoleillé. Espacez les plantes de 30 cm en tous sens. Récolte : de 12 à 14 semaines après le semis.

Grosse Bouclée

Pomme serrée, légèrement bouclée au cœur, vigoureuse et précoce ; race Bovary (Graines Baumaux) : à feuilles blondes, vigoureuse et compacte, au cœur dense blanchissant naturellement ; bonne résistance à la montée à graines ; nouvelle sélection précoce.

Géante maraîchère

Race Torino (Graines Baumaux). Belle pomme d'excellente présentation, vert soutenu, feuilles épaisses, résistante à la montaison ; très adaptée aussi à la culture sous abri (semis de novembre à février pour récoltes de mars à mai) ; race Prisca (Graines Baumaux) : pomme volumineuse et compacte, feuillage vert blond au grand cœur blanc, bonne résistance à la montée à graines ; semis de janvier à fin avril et juillet-août pour récoltes de printemps, été et automne.

Centofoglie

(Graines Baumaux)

Originalité italienne aux cent feuilles, longues et étroites, vert foncé, un peu bouclées sur les bords ; belle pomme de bonne résistance à la montaison, pour récoltes de fin de printemps, été et automne.

Natacha (Obtention Clause)

Feuilles lisses à bord légèrement denté, cœur volumineux à feuilles droites serrées, non bouclées, donnant une proportion élevée de « blanc ». Très productive (densité : 15 plants/rn²) ; Excel (Graines Baumaux) : belle pomme d'excellente présentation, vert soutenu, feuilles épaisses, résistante à la montaison ; variété très précoce, très adaptée à la culture sous abri ; semis de novembre à février pour une récolte allant de mars à mai.

Les conditions de culture pour de bons rendements

La chicorée scarole se plaît en tout type de terrain, mais préfère de loin les sols riches en matière organique très décomposée lui assurant une réserve d'eau permanente. Environ une semaine avant plantation, enfouissez quelque 50 g/m² d'engrais de fond.

Les graines sont petites (environ 600 par gramme). Une pincée suffit pour obtenir une bonne quantité de plants. La levée est possible en 36 heures sous abri chauffé, et 3 à 5 jours en pleine terre selon température. Semez en place, de mars à juillet, ou repiquez les jeunes plants à une distance de 40 x 30 cm. Un semis en juillet permet une récolte d'automne et d'hiver. Pour les variétés d'été-automne, la culture dure 3 mois et demi à 4 mois. Attention : la germination des graines doit être très rapide, sinon la plante monte en graines, devenant par là même inconsommable. Le rendement estimé est de 5 à 9 salades/m² selon l'époque et les variétés.

Le potager facile.jpg

 

17:37 Écrit par Bernard dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/05/2012

« Il faut cultiver notre jardin ! » (Voltaire)

La nouvelle édition du Savoir tout faire du bon jardinier d'Alain Baraton paru chez Flammarion à Paris constitue un guide fort pratique et très complet pour créer et entretenir jardins, terrasses et balcons. Il fournit des conseils pour paysager son jardin en fonction du style souhaité et des conditions de vie offertes aux végétaux, ainsi que plus de 500 fiches consacrées aux végétaux de toute sorte (arbres, arbustes, fleurs, légumes, fruits, plantes d'intérieur...) dans lesquelles sont rassemblées d'innombrables informations : exposition la plus favorable, dimensions, période de floraison ou de fructification...

L'ouvrage, abondamment illustré en couleur, comprend aussi des documents de synthèse : calendrier mensuel des travaux du jardin, calendrier lunaire perpétuel, tableau des techniques et périodes de multiplication, exigences de culture par type de plante, récapitulatif des maladies et des ravageurs...

Enfin, il explique avec une belle clarté les différentes façons de créer son petit éden personnel en harmonie avec la nature et de réussir la plantation, la taille et les soins des plantes du jardin d'ornement, du potager ou du coin fruitier.

Un livre qui explose de couleurs !

Bernard DELCORD

Savoir tout faire du bon jardinier  par Alain Baraton, photographies de l'agence Horizon et de Vincent Motte, Paris, Éditions Flammarion & La Maison Rustique, mars 2012, 480 pp. en quadrichromie au format 20 x 28,3 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons repris dans ce vade-mecum foisonnant les informations suivantes :

TULIPE

Tulipa

Hauteur : 20-70 cm

Largeur : 5 -l5 cm

Exposition : mi-ombre/ensoleillée

Floraison : mars-mai

Cette bulbeuse au feuillage bleu-vert est originaire d'Asie centrale, autour de la mer Noire. Sa tige haute se termine par une fleur solitaire, double ou simple, aux pétales arrondis, rouges, jaunes, blancs, roses, violets, orange, noirs ou bleus. Elle compte l25 espèces et plus de 5 600 variétés. On distingue des tulipes botaniques et des hybrides :

– Les tulipes botaniques sont précoces avec des tiges courtes. Les Kaufmanniana (15 à 25 cm de haut) portent, fin mars, des fleurs bicolores avec un feuillage souvent strié de brun. Les Fosteriana (20 à 30 cm de haut), ont à la mi-mai de grandes fleurs allongées, aux coloris chatoyants. Les Greigii portent de grandes fleurs généralement bicolores, qui peuvent mesurer jusqu'à 12 cm de diamètre; les pétales, orange ou écarlates, ont une base noire cernée de jaune, tandis que les feuilles sont veinées de bronze-marron ou de pourpre. Tulipa turkestanica (25 cm), la plus hâtive, dont les fleurs blanches à cœur jaune s'ouvrent dès mars et Tulipa sylvestris (40 cm) dont les fleurs jaune d'or, très parfumées, apparaissent en avril-mai, et se naturalisent.

– Les tulipes hybrides se cultivent aussi facilement que les tulipes botaniques, si ce n'est que leurs tiges sont plus hautes (jusqu'à 50 ou 60 cm) de sorte qu'il faut éviter de les planter en bacs ou jardinières. Offrez-vous plusieurs semaines de floraison d'affilée en retenant 3 ou 4 variétés de précocité différente: des tulipes simples, hâtives, en fleur dès mars ; des tulipes simples, tardives, pour avril ; des tulipes doubles, tardives, pour la fin avril ; des tulipes à fleur de lys pour le début mai.

Une culture très facile, mais ne les laissez pas dégénérer

Plantez les tulipes botaniques au soleil, dans un sol bien drainé, restant frais en été pour Tulipa turkestanica, mais de type calcaire pour Tulipa sylvestris. En octobre, enterrez les bulbes de 10 cm, en les espaçant de 10 à l5 cm. Plantez plus profondément (15-20 cm) les tulipes hybrides, car leurs bulbes sont plus gros, et espacez-les de l5 à 20 cm. Afin d'éviter toute dégénérescence, divisez les bulbes tous les 3 ou 4 ans et replantez les jeunes bulbes à un autre emplacement.

Savoir tout faire du bon jardinier.gif


 

18:58 Écrit par Bernard dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/11/2011

Symboles d'amour, de luxe et de beauté…

« Courtisées depuis longtemps par les botanistes, les orchidées sauvages d’Europe restent encore peu connues au regard de leurs cousines exotiques. En France, on en compte pourtant environ 160 espèces, réparties sur tout le territoire, entre garrigue méditerranéenne, plaine et montagne. »

C’est ce que nous apprend le livre magnifique du photographe (et biologiste) Laurent Bessol et de l’historienne Caroline Lesage intitulé Orchidées sauvages de nos régions, paru aux Éditions Flammarion à Paris, qui présente un choix parmi les plus belles espèces, communes, rares ou emblématiques, accompagné de textes mêlant histoire et botanique.

« Richesse des formes, des matières et des couleurs, l'approche choisie, résolument photographique, permet d'éveiller la curiosité de chacun par le biais de l'émerveillement. De la fin de l'hiver au début de l'automne se succèdent de multiples floraisons, saisies dans leur univers, comme autant de portraits intimes nous invitant à ouvrir les yeux devant ces fragments de nature », poursuivent les auteurs enthousiastes dans la présentation de leur somptueux ouvrage remarquablement révélateur des « formes étonnantes, spectaculaires, voire amusantes de ces orchidées souvent discrètes qui, vues de loin, laissent rarement soupçonner tant de somptuosité ».

Bernard DELCORD

Orchidées sauvages de nos régions par Laurent Bessol & Caroline Lesage, préface de Rémy Souche, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2011, 191 pp. en quadrichromie au format 25 x 31,8 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 32 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié la préface de cet ouvrage somptueux :

Dans le secret des orchidées

Orchidée, un mot qui, à lui seul, évoque la beauté de la nature... argument maintes fois utilisé pour illustrer la grâce de cette fleur à travers de beaux livres. Or jusqu'à présent, il s'agissait toujours d'hommages aux espèces que nous, Européens, appelons exotiques pour désigner ces belles tropicales qui trônent aujourd'hui dans nombre de salons. L'éclat, la splendeur, l'harmonie des merveilleuses petites orchidées sauvages poussant dans les friches à deux pas de chez nous n'avaient jamais été abordés. Voici cette lacune enfin heureusement comblée. La délicate beauté, la perfection de ces plantes enfin récompensées.

Loin d'être un guide exhaustif, régi par les normes de la botanique, cet ouvrage est conçu comme une promenade photographique au fil du temps, dévoilant un grand nombre d'espèces se rencontrant en France, certaines rares ou emblématiques. Les auteurs proposent ainsi leur vision esthétique et poétique de ces fascinantes orchidées, révélant ces fleurs souvent discrètes nichées dans le petit monde où elles prospèrent. Et, à l'aune des débats d'« expert », ce qui réunit promeneur ou spécialiste c'est l'émerveillement.

Le choix d'organiser le livre en suivant au mieux l'ordre d'apparition des fleurs permet judicieusement au lecteur de suivre la progression des floraisons au fil des pages et des images. Un départ au cœur de l'hiver pour terminer la balade au plus chaud de l'été. De la garrigue méditerranéenne à la montagne, en passant par la plaine ou la forêt, les randonneurs découvriront au gré des ambiances diversement colorées la variabilité et la diversité de nos orchidées indigènes.

L'ambition d'inciter le lecteur à observer la nature est le maître mot de cet ouvrage. L'attraction esthétique, l'intérêt poétique, l'émotion de la découverte encouragent à la recherche de ces fleurs particulières, petits trésors dévoilés aux yeux de ceux qui le désirent. D'adorables végétaux mis en valeur par le talent des photographes qui ont su se mettre à leur hauteur comme l'on ferait avec un animal pour ne pas l'apeurer. À travers leur regard et cette approche respectueuse de la nature, ils nous font pénétrer dans ce microcosme. On est ainsi invité dans l'intimité de l'orchidée. Les tendres visions offertes par le déploiement des tissus lors de la pousse des végétaux, la rencontre de quelque abeille ou papillon assurant la pollinisation, l'un croyant trouver sa femelle et l'autre attiré par quelques gouttes de nectar, ou encore le festin d'une chenille, venant se délecter de chairs tendres et certainement très savoureuses... Voici tout un monde qui vit à son rythme, s'accordant au déroulement naturel des saisons.

Tous ces trésors d'ingéniosité, toute cette magnificence, toute cette somptuosité déployés par la nature, sont mis ici à portée de nos yeux étonnés. Saisir la rosée de l'aube ou les parfums du soir : chaque instant est différent, et les auteurs ont su capter le passage des heures. Les kilomètres parcourus, les difficultés rencontrées, les conditions atmosphériques défavorables, le temps passé seront peu de chose en comparaison du bonheur ressenti et partagé.

Que de surprise quand une personne apprend qu'elle peut admirer des orchidées près de chez elle. Que le charme fou qu'elle croyait réservé aux pays où le soleil est toujours au zénith peut se trouver devant sa porte. Le lecteur informé reconnaîtra alors facilement au cours d'une promenade ces petits joyaux qu'auparavant il aurait pu prendre pour des insectes bizarres posés sur un brin d'herbe.

Jacob Breynus, au XVIIsiècle, écrivait à propos de leur extraordinaire polymorphisme : « Si la nature a montré un jour sa plénitude dans la formation des plantes, c'est visible de la façon la plus frappante chez les orchidées : elles prennent la forme de petits oiseaux, de lézards, d'insectes ; elles ressemblent à un homme, à une femme, parfois à un bouffon qui nous incite à rire. Elles présentent l'aspect d'une tortue paresseuse, d'un crapaud mélancolique ou d'un singe agile et jacasseur. La nature a formé les fleurs d'orchidées de telle sorte que, bien qu'elles nous fassent rire, elles suscitent certainement notre plus grande admiration ».

Pour pouvoir en parler ainsi, il faut avant tout s'être agenouillé dans l'herbe tendre d'une prairie de fauche ou dans la pierraille d'une garrigue.

Je terminerai en donnant la parole à Maurice Maeterlinck, auteur de L'Intelligence des fleurs : « C'est parmi les orchidées que nous trouverons les manifestations les plus parfaites et les plus harmonieuses de l'intelligence végétale ». Et assurément cet ouvrage en est la transcription imagée.

Rémy Souche

Orchidées sauvages de nos régions.jpg

10:41 Écrit par Bernard dans Jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |